NOUVELLES

L'émissaire de l'ONU à Laâyoune pour son deuxième séjour au Sahara occidental

22/03/2013 03:58 EDT | Actualisé 22/05/2013 05:12 EDT

L'envoyé personnel du secrétaire général de l'ONU Christopher Ross est arrivé vendredi à Laâyoune, la plus grande ville du Sahara occidental, exprimant le souhait de "rencontrer le plus large panel d'interlocuteurs possible", pour son deuxième séjour sur place depuis 2009.

Après plus de deux jours passés à Rabat, où il a rencontré dirigeants marocains et représentants de la société civile, M. Ross est arrivé en fin d'après-midi dans l'ancienne colonie espagnole contrôlée par le Maroc.

"Je suis très heureux de revenir ici. J'espère rencontrer le plus large panel d'interlocuteurs possible", a-t-il déclaré dans un communiqué de la Minurso, la mission des Nations unies chargée de surveiller le cessez-le-feu depuis 1991.

Après Laâyoune, où il doit s'entretenir avec les responsables locaux ainsi qu'avec des personnalités pro-marocaines et pro-indépendantistes, l'émissaire onusien se rendra dimanche à Dakhla, à 500 km plus au sud, une étape inédite.

Sa mission, qui prévoit également un séjour en Algérie, soutien des indépendantistes, et en Mauritanie, vise à sortir du statu quo.

L'envoyé personnel de Ban Ki-moon, qui avait un temps été désavoué par le Maroc l'an dernier, souhaite "préparer la prochaine étape dans le processus de négociation et une reprise possible des discussions directes", avait résumé l'ONU avant le début de cette nouvelle tournée qui s'achèvera le 3 avril.

Le but est "de trouver une solution politique mutuellement acceptable qui aboutisse à l'autodétermination pour la population du Sahara occidental", selon la même source.

Lors de sa première étape à Rabat, Christopher Ross, qui présentera son rapport au conseil de sécurité de l'ONU le 22 avril, a souligné que le règlement de la question du Sahara occidental était "plus urgente que jamais", compte tenu de l'instabilité au Sahel.

Le Maroc propose une large autonomie pour la région, mais ce plan est rejeté par le Front Polisario, qui milite pour un référendum d'autodétermination.

ob-gk/tg/hj

PLUS:afp