NOUVELLES

Le Parlement chypriote adopte le plan de restructuration des banques

22/03/2013 08:15 EDT | Actualisé 22/05/2013 05:12 EDT

Les députés de Chypre ont adopté vendredi le plan de restructuration du système bancaire, qui s'inscrit dans le plan de sauvetage que le gouvernement doit conclure avec ses partenaires européens.

Cinq autres projets de loi demeurent en suspens jusqu'à la reprise des travaux. Un de ces cinq textes prévoit notamment une taxe exceptionnelle de 15 % sur les dépôts bancaires supérieurs à 100 000 euros.

La loi sur la restructuration des banques, la plus disputée des trois votées vendredi soir, a été adoptée par 26 voix pour, deux contre et 25 abstentions.

Les députés ont également approuvé un texte créant un fonds de solidarité et un autre limitant les mouvements de capitaux pour éviter une trop forte pression sur les banques à leur réouverture, prévue mardi.

Ces mesures font partie d'un « Plan B » que le gouvernement peine à mettre en place après le rejet mardi par le Parlement d'un accord avec les bailleurs de fonds internationaux prévoyant une taxe exceptionnelle allant jusqu'à 9,9 % sur tous les dépôts bancaires en contrepartie d'une aide de 10 milliards d'euros.

Chypre doit trouver d'ici lundi 7 milliards d'euros - plus du tiers de son PIB annuel -, pour débloquer l'aide internationale et obtenir que la Banque centrale européenne (BCE) continue de fournir des liquidités d'urgence aux banques chypriotes.

Jeudi, la BCE a prévenu qu'elle couperait les vivres aux banques chypriotes au début de la semaine prochaine si aucun accord n'était conclu. À terme, le pays pourrait même se voir forcé de quitter la zone euro.

Plus tôt cette semaine, le Parlement chypriote a rejeté le premier plan mis de l'avant par le gouvernement, qui proposait de taxer une partie des épargnes bancaires des habitants de l'île. Ces saisies, qui ont été décriées par la population et qui ont inquiété le reste de la zone euro, auraient pu s'élever à près de 10 % des épargnes.

PLUS:rc