NOUVELLES

L'auteur nigérian de «Le monde s'effondre» Chinua Achebe meurt à l'âge de 82 ans

22/03/2013 12:10 EDT | Actualisé 22/05/2013 05:12 EDT

NEW YORK, États-Unis - Chinua Achebe, l'auteur et dissident nigérian salué à travers le monde ayant fait entrer la littérature africaine dans la modernité avec «Le monde s'effondre», est décédé à l'âge de 82 ans.

Celui qui a continué pendant des décennies à donner sa vision de l'histoire de son pays natal est mort, jeudi, à Boston, des suites d'une courte maladie, a indiqué vendredi son agent, Andrew Wylie.

M. Wylie a soutenu que Chinua Achebe était aussi un mari, un père, un oncle et un grand-père aimé dont la sagesse et le courage «ont été une inspiration pour tous ceux qui l'ont connu».

Sa reconnaissance mondiale n'avait d'égale que celles de Gabriel Garcia Marquez, Toni Morrison et d'une poignée d'autres.

En tant que Nigérian, Chinua Achebe a contribué à définir les changements révolutionnaires dans son pays, de l'indépendance à la dictature et jusqu'à la guerre désastreuse entre le Nigéria et le Biafra à la fin des années 1960.

Il a connu tant le prestige de servir sur des commissions gouvernementales que la peur d'être déclaré ennemi de l'État. L'auteur a passé la majeure partie de sa vie adulte aux États-Unis, mais n'a jamais cessé d'appeler à la démocratie au Nigéria, et refusait les honneurs littéraires d'un gouvernement qu'il reniait.

Sa vie publique s'est amorcée au milieu des années 1920. Il était un résidant de Londres lors de la conclusion du manuscrit de «Le monde s'effondre», un roman sur la chute d'un homme de tribu nigérian aux mains de colonialistes britanniques.

Refusé par plusieurs éditeurs, le livre avait finalement été retenu par Heinemann et publié en 1958 d'abord à 2000 exemplaires. Il allait devenir un ouvrage majeur reconnu à travers le monde, et un point de départ pour la fiction africaine indigène postcoloniale, l'union prophétique entre les lettres britanniques et la culture orale africaine.

«Il serait impossible de dire comment 'Le monde s'effondre' a influencé les écrits en Afrique, avait observé l'universitaire africain Kwame Anthony Appiah. Ce serait en fait demander comment Shakespeare a influencé les auteurs britanniques ou comment Pouchkine a influencé les Russes. (Chinua) Achebe n'a pas seulement joué le jeu, il l'a inventé.»

«Le monde s'effondre» s'est vendu à plus de 8 millions d'exemplaires dans le monde et a été traduit dans plus de 50 langues.

Son premier roman se voulait une trilogie, et l'auteur a poursuivi ses récits avec «A Man of the People» et «Arrow of God». Il a aussi écrit des nouvelles, des poèmes, des histoires pour enfants et de la satire politique.

PLUS:pc