NOUVELLES

L'agresseur de 24 garçons au Maple Leaf Gardens est arrêté de nouveau

22/03/2013 05:47 EDT | Actualisé 22/05/2013 05:12 EDT

TORONTO - De nouvelles accusations ont été portées vendredi contre Gordon Stuckless, au coeur du scandale d'agressions sexuelles commises au Maple Leaf Gardens de Toronto dans les années 1970.

Ces nouvelles accusations sont liées à des actes qu'il aurait commis dans les années 1960 et 1970.

La police a indiqué que cinq autres hommes avaient décidé de porter plainte contre Stuckless. Les plaignants étaient âgés entre 9 et 13 ans au moment des faits reprochés. Stuckless fait maintenant face à 15 nouvelles accusations, dont neuf chefs d'attentat à la pudeur.

Ces accusations s'ajoutent aux six chefs qui ont été déposés contre lui le mois dernier — dont attentat à la pudeur — après que deux hommes eurent allégué que Stuckless les avait agressés sexuellement plusieurs fois alors qu'ils étaient adolescents dans les années 1960 et 1970.

L'homme était bénévole dans un centre communautaire et dans des clubs sportifs à l'époque. Selon la police, les agressions ont eu lieu à ces endroits ainsi qu'ailleurs à Toronto.

Stuckless devait comparaître en cour vendredi matin pour répondre de ces accusations, mais a plutôt été arrêté en vertu de 15 nouveaux chefs d'accusation.

L'inspecteur Roger Villaflor a indiqué que la Police régionale de York menait actuellement sa propre enquête en lien avec d'autres allégations d'agressions qui auraient eu lieu au cours de la même période. M. Villaflor a dit croire qu'il y avait encore plus de victimes, et leur a demandé de se manifester.

«Ce qui revenait en parlant avec ces hommes, c'est qu'ils veulent que Stuckless soit tenu responsable de ses actes, et ils veulent que justice soit faire. À mon avis, ils veulent essayer de tourner la page sur cette affaire», a-t-il poursuivi.

Aujourd'hui âgé de 63 ans, Stuckless avait été condamné en 1997 pour des agressions sexuelles commises contre 24 garçons à l'époque où il était «placier» au Maple Leaf Gardens de Toronto, entre 1969 et 1988. Stuckless avait alors été condamné à une peine de deux ans moins un jour de prison, qui a ensuite été prolongée à cinq ans. Il a obtenu sa libération conditionnelle en 2001 après avoir purgé les deux tiers de sa peine.

L'homme a été relâché vendredi après-midi avec une promesse de comparaître en cour le 3 mai. La police a refusé de répondre lorsqu'elle a été interrogée quant à savoir pourquoi Stuckless n'avait pas été gardé derrière les barreaux.

Les nouvelles accusations n'ont pas surpris la présidente du Centre canadien de sensibilisation aux agressions, Ellen Campbell, dont l'organisation a mis sur pied un programme d'écoute pour les victimes du scandale du Maple Leaf Gardens.

«La honte ressentie par ces hommes est nettement moindre aujourd'hui. C'était très difficile auparavant pour eux de parler de ce genre de choses», a indiqué Mme Campbell.

PLUS:pc