NOUVELLES

La moitié des tours de contrôle américaines pourraient fermer en avril

22/03/2013 01:04 EDT | Actualisé 22/05/2013 05:12 EDT
Shutterstock
genova italy april 13 the...

Pour ses détracteurs, rien n'illustre mieux le caractère "stupide" de l'austérité généralisée américaine que la fermeture potentielle de la tour de contrôle de Salisbury, un petit aéroport régional à deux heures de Baltimore, sur la côte Est américaine.

En 1999, le comté local a investi 640 000 dollars pour ajouter une tour à cet aérodrome utilisé par des pilotes amateurs, des avions militaires et quelques vols US Airways.

Depuis, l'Administration fédérale de l'aviation (FAA) paie le salaire des contrôleurs aériens, sous-traitants privés, comme dans de nombreux autres aéroports.

Mais la FAA se voit aujourd'hui forcée d'économiser 600 millions de dollars entre mars et septembre 2013, sous le coup de coupes budgétaires automatiques votées par le Congrès et promulguées par le président Barack Obama.

Conséquence: la moitié des tours de contrôle du pays, soit 238, pourraient fermer à partir du 7 avril, dans les aéroports où elles ne sont pas jugées cruciales --comme à Salisbury.

Ces coupes affectent chaque agence gouvernementale uniformément et ont été qualifiées de "stupides" par des élus car elles ne distinguent pas les services importants des autres.

Le directeur de l'aéroport de Salisbury, Robert Bryant, veut toutefois mettre les points sur les "i": un pilote sait atterrir sur une piste sans tour.

Mais les contrôleurs aériens ont un travail de chef d'orchestre pour séparer les avions, à l'atterrissage et au décollage, et faire en sorte qu'ils n'entrent pas en collision.

Sans tour, "il sera de la responsabilité des pilotes de communiquer sur la même fréquence radio et de se parler pour dire quelle est leur position, quelles sont leurs intentions, et on espère que tout le monde écoutera bien la même fréquence" dit-il à l'AFP.

Dans sa tour, un contrôleur veille, une paire de jumelles sur son plan de travail. Ce jour-là il neige et la visibilité est mauvaise.

"Dans les aéroports plus petits, où il n'y a que quelques Cessna par jour, ils peuvent se débrouiller sans tour", explique Tom, 46 ans, qui s'attend à perdre son emploi. Mais "quand il y a des vols commerciaux, des avions militaires, beaucoup de trafic, on a vraiment besoin d'une paire d'yeux supplémentaire".

A Salisbury, 53.000 "opérations" (un décollage ou un atterrissage compte comme une opération) ont eu lieu en 2012, et le gouvernement a fixé la barre éliminatoire à 150.000 par an.

Les six vols quotidiens d'US Airways seront maintenus. Mais le président du comté, Richard Pollitt, craint que les passagers n'évitent son aéroport.

Ses premiers mots fusent: "la sécurité ne sera pas affectée", assure-t-il.

La décision de fermer la tour n'en est pas moins absurde, selon lui, fruit de l'impasse entre démocrates et républicains à Washington, aucun des camps n'ayant voulu céder sur le budget pour permettre une annulation ou un report des coupes automatiques. "C'est des conneries", dit-il.

"Les gens pensent que la décision a été prise de cibler les services qui seraient le plus ressentis par la population", ajoute Robert Bryant. "Ils voulaient faire quelque chose de visible, et l'aviation est une cible facile".

Les républicains sont d'accord: selon eux, Barack Obama aurait intérêt à envenimer la situation pour mettre l'opinion de son côté et forcer ses opposants à accepter d'annuler l'austérité.

"Apparemment, certains à Washington veulent nous faire croire que la fermeture des tours de contrôles prouvera une fois pour toutes (...) qu'il est impossible de réduire les budgets", déclarait le sénateur Jerry Moran mercredi.

Son amendement pour annuler les fermetures des tours de contrôle a été enterré sans même un vote.