NOUVELLES

Hongrie - Heurs entre police et supporteurs après un match à huis-clos

22/03/2013 07:04 EDT | Actualisé 22/05/2013 05:12 EDT

Des heurts ont opposé des supporteurs de l'équipe de football de Hongrie aux forces de police vendredi aux abords du stade Ferenc Puskas de Budapest, où la Hongrie et la Roumanie ont fait match nul (2-2) lors d'un match de qualification pour le Mondial-2014 disputé à huis-clos.

Après la rencontre, disputée à huis-clos à la suite d'incidents racistes et antisémites lors d'un match précédant entre la Hongrie et Israël, une cinquantaine de supporteurs ont jeté des bouteilles sur les forces de l'ordre, qui ont répliqué au moyen de gaz lacrymogène.

Quelques personnes ont été interpellés et un supporteur, souffrant de blessures mineures, a été conduit à l'hôpital.

Quelques milliers de personnes avaient auparavant manifesté en marge du match à l'appel du parti d'extrême droite Jobbik, pour protester contre le huis-clos, a constaté l'AFP à Budapest.

Lors de la réception d'Israël le 15 août, qui s'était soldée sur un nul (1-1), des supporteurs hongrois avaient proféré des insultes comme "sales juifs", "Buchenwald" (en référence au camp de concentration nazi en Allemagne) ou encore "Viva Mussolini". Pendant l'hymne israélien, la "Hatikvah", plusieurs centaines d'entre eux avaient ostensiblement tourné le dos au terrain.

Lors de la manifestation, les participants ont chanté des chants et des slogans nationalistes et ont souligné leur solidarité vis-à-vis de la minorité hongroise forte de 1,2 millions d'habitants en Roumanie.

Au début du match, les manifestants se sont transformés en spectateurs, grâce à une projection du match sur un écran géant.

Dans une autre partie de la capitale hongroise, l'association de football hongroise MLSZ a organisé une projection du match, qui a attiré quelques 4.000 spectateurs.

pmu/mg/pid/bpa

PLUS:afp