NOUVELLES

Formule 1 - Moteurs hybrides 2014: les grandes manoeuvres ont commencé...

22/03/2013 06:12 EDT | Actualisé 22/05/2013 05:12 EDT

Les nouveaux moteurs V6 turbo hybrides qui équiperont les Formule 1 en 2014 sont toujours en préparation chez Renault, Mercedes, Ferrari... et désormais Honda, qui a un an de retard et pourrait revenir en 2015, avec McLaren.

La rumeur a pris de l'ampleur cette semaine, à la suite de révélations dans la presse japonaise. Le PDG du groupe japonais, Takanobu Ito, avait déjà reconnu en février que Honda étudiait "de manière approfondie" un éventuel retour en F1. L'agence de presse Jiji et le quotidien Asahi ont affirmé lundi que le développement du moteur était en cours, citant des sources anonymes au sein de Honda.

L'explication la plus plausible d'une reprise du partenariat entre McLaren et Honda, couronné de succès à la fin des années 80, tient à la volonté supposée de l'écurie Mercedes-AMG, en cours de restructuration, de ne plus équiper un concurrent direct pour la victoire et les titres mondiaux, et cela dès que le contrat avec l'écurie de Woking arrivera à son terme, fin 2014.

Le transfert à sensation de Lewis Hamilton chez Mercedes, cet hiver, a déjà affaibli McLaren, et la perte en fin de saison de Vodafone, son sponsor-titre depuis sept ans, est un autre coup dur. Un changement de moteur, du Mercedes au Honda, pourrait aussi faire reculer dans la hiérarchie, au moins à court terme, l'écurie anglaise qui fêtera en septembre son 50e anniversaire.

Autre élément inquiétant pour McLaren, les trois dernières saisons de Honda en F1 (2006-2008) ont été ratées (1 victoire et 3 podiums), après cinq saisons frustrantes comme motoriste de BAR-Honda (zéro victoire, 15 podiums).

Sauf que le nouveau règlement de la F1 à partir de 2014, avec des moteurs à cylindrée réduite (1,6 l au lieu de 2,4 l), produisant de l'énergie électrique, consommant moins de carburant et faisant moins de bruit, donc plus respectueux de l'environnement et plus proches de la série, a tout pour séduire un gros constructeur comme Honda.

En attendant donc un retour éventuel de Honda en 2015, Renault, Mercedes et Ferrari peaufinent la préparation de 2014. Et si le motoriste Cosworth disparaît du paysage de la F1, "nous sommes prêts à fournir cinq écuries s'il le faut", affirme en coulisses un responsable de Renault Sport F1.

En plus de Red Bull, Lotus, Williams et Caterham, la marque française lorgne sur Toro Rosso (ex-Minardi), filiale de Red Bull actuellement motorisée par Ferrari. Côté Mercedes, le retour d'Adrian Sutil chez Force India aurait été fortement encouragé par la marque à l'étoile, avec à la clé une remise de plusieurs millions sur le devis de 2014. L'écurie indienne offre l'avantage de jouer en milieu de tableau.

Chez Ferrari, le nouveau moteur V6 hybride tourne aussi au banc d'essai, mais l'écurie russe Marussia, actuellement équipée par Cosworth, affirme ne pas avoir conditionné la titularisation de Jules Bianchi, issu de la filière Ferrari, à la fourniture de moteurs italiens pour 2014. La Scuderia équipe cette année Sauber et Toro Rosso, en plus de ses deux monoplaces rouges.

On peut croire la modeste écurie russe, qui n'est pas en mesure de voir aussi loin et s'occupe surtout de sauver sa place dans le paddock. Une chose est sûre, ce changement va coûter très cher aux motoristes et aux écuries. Quant au bruit strident des V8 atmosphériques actuels, il va bientôt entrer dans la légende de la F1.

dlo/gv

PLUS:afp