NOUVELLES

Un téléscope qui scrute le Big Bang ajoute 80 millions d'années à l'univers

21/03/2013 09:40 EDT | Actualisé 21/05/2013 05:12 EDT

PARIS - Un nouvel examen de la fraction de seconde qui a suivi le Big Bang démontre que l'univers a 80 millions d'années de plus qu'on ne le croyait.

Les fondements même du cosmos — comment il a commencé, de quoi il est composé et dans quelle direction il va — semblent toutefois être sur la bonne voie.

Les données dévoilées jeudi viennent consolider la théorie dite de «l'inflation», qui prétend que l'univers est passé d'un format subatomique à sa taille actuelle en une fraction de seconde — le Big Bang.

Cette théorie affirme que la portion visible de l'univers était plus petite qu'un atome quand, en une microseconde, elle a explosé, s'est refroidie et s'est répandue rapidement, beaucoup plus rapidement que la vitesse de la lumière.

La sonde spatiale Planck, de l'Agence spatiale européenne, a analysé les émissions rémanentes du Big Bang. Cet examen démontre que l'univers est âgé de 13,81 millions d'années, soit 80 millions d'années de plus qu'on ne l'estimait.

La sonde a aussi déterminé que l'expansion de l'univers est un peu plus lente qu'on ne le croyait, et qu'il contient un peu moins d'énergie sombre et un peu plus de matière normale. Les scientifiques précisent toutefois qu'il s'agit de changements mineurs.

La sonde de 900 millions $ US a été lancée en 2009. Elle étudie le Big Bang en examinant le rayonnement naturel du cosmos. Elle devrait continuer à transmettre des données pendant encore plusieurs mois, jusqu'à ce qu'elle manque de liquide de refroidissement.

PLUS:pc