NOUVELLES

Sahara occidental: la résolution du différend est "plus urgente que jamais" (Ross, ONU)

21/03/2013 11:13 EDT | Actualisé 21/05/2013 05:12 EDT

L'envoyé personnel du secrétaire général de l'ONU, Christopher Ross, qui effectue une nouvelle mission régionale destinée à sortir du statu quo, a souligné jeudi à Rabat qu'une solution au Sahara occidental était "plus urgente que jamais", étant donné l'instabilité au Sahel.

M. Ross est au Maroc depuis mercredi, dans le cadre d'une tournée qui s'achèvera le 3 avril et dont l'objectif est de "préparer la prochaine étape dans le processus de négociation et une reprise possible des discussions directes" sur l'avenir de cette ex-colonie espagnole contrôlée par Rabat mais qui reste revendiquée par les indépendantistes du Polisario.

Après avoir rencontré mercredi les présidents des deux chambres du Parlement ainsi que le chef du gouvernement, Abdelilah Benkirane, l'émissaire onusien s'est longuement entretenu jeudi avec le ministre des Affaires étrangères, Saad Eddine El Othmani.

"La situation dans le région du Sahel et son voisinage rend une solution plus urgente que jamais", a ensuite déclaré Christopher Ross. "A cet égard, j'ai eu des entretiens approfondis" avec les dirigeants marocains sur "le meilleur moyen de faire avancer le processus de négociation", a-t-il ajouté.

Il a précisé qu'il rencontrerait également, avant son départ, le ministre de l'Intérieur, Mohand Laenser, ainsi que d'autres "personnalités".

Alors que l'ONU doit se pencher le mois prochain sur la reconduction de sa mission (Minurso), qui surveille le cessez-le-feu depuis 1991, il a noté qu'il présenterait les conclusions de sa tournée au Conseil de sécurité le 22 avril.

Après Rabat, M. Ross, un temps désavoué par le Maroc l'an dernier, se rendra vendredi à Laâyoune, la plus grande ville du Sahara occidental, puis à Dakhla, à 500 km plus au sud. Son programme, dont tous les détails ne sont pas connus, prévoit également des étapes en Mauritanie et en Algérie.

Avant son départ de New-York, un porte-parole de l'ONU avait déjà insisté sur le caractère urgent de la résolution de ce conflit qui remonte aux années 1970.

Le Maroc propose une large autonomie pour la région, mais ce plan est rejeté par le Polisario, soutenu par l'Algérie et qui milite pour un référendum d'autodétermination.

sma-gk/feb

PLUS:afp