NOUVELLES

"Pas de signe" de l'utilisation d'armes chimiques en Syrie (responsable américain)

21/03/2013 05:42 EDT | Actualisé 21/05/2013 05:12 EDT

Les Etats-Unis n'ont pas trouvé d'élément accréditant l'emploi d'armes chimiques en Syrie, deux jours après l'accusation par le régime de Bachar al-Assad que les rebelles y ont eu recours dans la région d'Alep (nord), a affirmé jeudi un responsable américain.

Il n'y a "pas de signe faisant état de l'utilisation d'armes chimiques" par le régime syrien ou les rebelles, a confié à l'AFP ce responsable s'exprimant sous couvert de l'anonymat.

Les armes chimiques, comme le sarin, le gaz moutarde ou le VX, sont considérées comme des armes de destruction massive. Le responsable n'était en revanche pas en mesure de confirmer ni d'infirmer un éventuel recours à un agent incapacitant, comme par exemple du gaz lacrymogène.

Le régime syrien accuse l'opposition d'avoir eu recours aux armes chimiques mardi à Khan al-Assal, près d'Alep. Selon l'opposition, c'est le régime qui a employé des armes chimiques à Khan al-Assal, ainsi qu'à Atayba, à l'est de Damas. L'ONU a annoncé jeudi l'ouverture d'une enquête.

Les Occidentaux ont à plusieurs reprises affirmé que l'entrée en jeu des armes chimiques dans le conflit syrien était une ligne rouge, mais sans jamais préciser ce qu'il en coûterait aux coupables, ni confirmer que ces armes ont bien été employées.

En visite en Israël mercredi, le président américain Barack Obama s'est déclaré "très sceptique" sur un recours des opposants syriens à ce type d'armement.

Des diplomates occidentaux restent prudents sur la véracité des accusations lancées de part et d'autre. L'utilisation à très faibles doses de substances chimiques toxiques par le régime, qui dispose de stocks de divers gaz comme le sarin, est possible "dans le cadre d'une stratégie de la terreur", explique l'un d'eux, mais Bachar al-Assad n'est pas assez aux abois pour "faire n'importe quoi".

Par contre, ajoute-t-il, "nos renseignements nous laissent penser que la rébellion n'a pas mis la main sur de telles armes".

mra/sam

PLUS:afp