NOUVELLES

Nouveau record d'achalandage pour l'aéroport de Québec

21/03/2013 03:28 EDT | Actualisé 20/05/2013 05:12 EDT

L'aéroport de Québec poursuit sa croissance. En 2012, il a atteint un nouveau sommet d'achalandage avec 1 342 840 passagers qui ont transité par ses installations.

C'est une hausse de 2,2 % par rapport à 2011, selon les données rendues publiques jeudi lors de l'assemblée générale annuelle de l'aéroport. Depuis 10 ans, l'aéroport a connu une croissance exceptionnelle de 121 %. Le prochain objectif de la direction est de dépasser le cap des deux millions de passagers en 2020.

Cet hausse de l'achalandage force l'aéroport a augmenté son espace de stationnement. Un nouveau stationnement étagé qui pourra accueillir 1150 véhicules sera construit au cours des prochains mois. La construction va commencer en août prochain et devrait être terminée en décembre. 

Pendant les travaux, l'administration tentera de minimiser les inconvénients pour les usagers de l'aéroport, assure-t-on. « Il y aura des stationnements temporaires qu'on va construire pour être capable de répondre à la demande. Il y aura l'indication du bon fonctionnement de l'aérogare et de la circulation des passagers lorsque la construction va débuter », a expliqué Gaétan Gagné, président et chef de la direction.

Le nombre de cases de stationnement total pour l'aéroport passera d'environ 1700 actuellement à près de 3000. Le projet est évalué à  40 millions de dollars.

Des tarifs injustifiés?

La direction a été appelée une fois de plus à justifier les nouveaux tarifs imposés aux petits transporteurs aériens. Depuis le 1er janvier, ils doivent débourser 27 dollars pour chaque billet vendu.

Un citoyen qui possède une résidence secondaire à Neuville - où l'arrivée d'un petit aérogare suscite la grogne des résidents - s'est présenté à l'assemblée annuelle pour remettre en question la décision de la direction. « On s'inquiète de votre tarification pour la petite aviation. On a peur de voir le trafic privé et communautaire s'en aller à Neuville à cause de vos tarifs exorbitants », a indiqué Georges Gilbert.

Le président et chef de la direction de l'aéroport a répété que ces frais sont justifiés, selon lui, et nécessaires pour permettre d'améliorer les installations et offrir des services sécuritaires. Il ne craint pas le départ de petits transporteurs. « Pour eux, l'établissement de ces frais, ça semblait une injustice. On comprend. Ils ont eu un "free-lunch" pendant 12 ans, depuis la privatisation de l'aéroport », a déclaré Gaétan Gagné.

PLUS:rc