NOUVELLES

Le Soudan autorise la reprise du transit du pétrole sud-soudanais

21/03/2013 12:59 EDT | Actualisé 21/05/2013 05:12 EDT

Le Soudan a autorisé jeudi ses entreprises de transport pétrolier à reprendre l'acheminement et l'exportation du brut venu du Soudan du Sud, a annoncé l'agence de presse officielle Suna.

"Le ministère du Pétrole a donné des instructions aux entreprises pour retraiter, transporter et exporter le pétrole du Soudan du Sud", selon la Suna.

Le 14 mars, le gouvernement sud-soudanais avait ordonné aux compagnies pétrolières opérant sur son territoire de relancer leur production.

Deux jours plus tôt, Khartoum et Juba avaient signé à Addis Abeba un énième accord prévoyant la reprise, avant le 24 mars, de la production pétrolière du Sud, à l'arrêt depuis janvier 2012 en raison d'un différend avec le Nord, par où le brut doit transiter pour être exporté.

Des accords économiques et pétroliers signés en septembre avaient déjà suscité l'espoir d'un règlement des différends inter-soudanais, qui avaient failli dégénérer en conflit ouvert après des combats frontaliers au printemps 2012.

Mais ces accords étaient restés lettre morte, Khartoum soumettant leur application à l'obtention de garanties que le Soudan du Sud mettrait fin à son soutien, que Juba dément, à la rébellion dans les régions du Kordofan-Sud et dans le Nil-Bleu.

Lors des derniers entretiens qui se sont tenus à Addis Abeba, le Soudan avait adouci sa position.

Indépendant depuis juillet 2011, le Soudan du Sud a hérité de 75% des réserves de brut du Soudan pré-sécession. Mais enclavé, le jeune Etat dépend de son voisin du nord pour exporter son brut par le biais de ses oléoducs et des infrastructures portuaires de Port-Saïd.

Le Soudan du Sud avait cessé sa production en janvier 2012, furieux que Khartoum ait effectué des prélèvements en nature sur son brut au titre des droits de passage, faute d'un accord sur leur montant. Il s'était ainsi privé de 98% de ses recettes et a parallèlement mis à mal l'économie soudanaise.

it/tg/fc

PLUS:afp