NOUVELLES

Le pétrole ouvre en baisse à New York dans un marché prudent face à Chypre

21/03/2013 09:35 EDT | Actualisé 21/05/2013 05:12 EDT

Les prix du pétrole ont débuté la séance en baisse jeudi à New York, les investisseurs effectuant des prises de bénéfice après le rebond de la veille dans un marché toujours préoccupé par la situation chypriote.

Vers 13H15 GMT, le baril de "light sweet crude" (WTI) pour livraison en mai, dont c'est le premier jour de cotation, lâchait 53 cents à 92,97 dollars, sur le New York Mercantile Exchange (Nymex).

Les cours du pétrole avaient été revigorés mercredi par une baisse inattendue des réserves de brut aux Etats-Unis et le maintien de la politique ultra-accommodante de la Réserve fédérale américaine (Fed).

Mais "comme l'offre de pétrole reste abondante aux Etats-Unis et dans le monde, on rencontre des seuils de résistance autour de 94 ou 95 dollars", selon Rich Ilczyszyn, de iiTrader.com. "Les courtiers procèdent à des prises de bénéfices et participent ainsi à une petite correction du marché".

Les investisseurs suivaient de près les derniers développements à Chypre, s'inquiétant d'un possible "risque de contagion de la crise à la zone euro qui pourrait peser sur la consommation énergétique", a noté M. Ilczyszyn.

Cette crainte était accentuée notamment par des propos du chef de file des ministres des Finances de la zone euro, Jeroen Dijsselbloem, selon qui la crise à Chypre constitue "un risque systémique" capable de déstabiliser l'ensemble de la zone euro.

Le marché a par ailleurs accueilli diversement plusieurs indicateurs économiques, a remarqué Matt Smith, de Schneider Electric.

L'annonce d'une accélération de la production manufacturière en Chine en mars, de bon augure pour la consommation énergétique dans ce pays deuxième consommateur mondial d'or noir, a aidé les prix en début d'échanges asiatiques.

Mais le marché du brut a par la suite pâti d'une accélération en mars de la contraction de l'activité privée dans la zone euro.

La publication d'une légère remontée des nouvelles inscriptions au chômage aux Etats-Unis du 10 au 16 mars, moins forte qu'attendu par les analystes, n'a pas eu d'impact significatif sur les cours.

jum/sl/lor

PLUS:afp