NOUVELLES

Le FMI accusé de "censure" par un documentariste pro-gaz de schiste

21/03/2013 12:14 EDT | Actualisé 21/05/2013 05:12 EDT

Le réalisateur d'un documentaire sur le gaz de schiste a renoncé à participer à une conférence sur l'énergie organisée par le FMI, estimant que le Fonds avait voulu "censurer" un passage de son intervention consacré à la Russie, a-t-il affirmé jeudi à l'AFP.

"Ils essaient de forcer des gens à ne pas dire des choses désagréables parce que cela pourrait offenser l'un de leurs principaux membres", a expliqué Phelim McAleer qui définit lui-même son documentaire, "FrackNation", comme étant favorable à l'extraction de gaz de schiste.

Grand détracteur des défenseurs de l'environnement, M. McAleer devait intervenir dans une conférence organisée mercredi et jeudi à Washington par le FMI et l'université d'Oxford et consacrée aux matières premières et à l'énergie.

Au cours de son discours, il devait diffuser plusieurs extraits de son documentaire dont l'un suggérant que la Russie, grand exportateur de gaz, financerait des mouvements anti-gaz de schiste de crainte de voir une source d'énergie concurrente émerger chez ses voisins, notamment en Pologne.

"Si l'extraction de gaz de schiste progressait en Europe de l'Est, (la société russe) Gazprom perdrait beaucoup d'argent et Gazprom est vraiment ce qui permet à l'Etat russe de continuer à avancer", assure M. McAleer.

Le FMI lui a toutefois demandé de "laisser de côté" ce passage de son intervention, selon un courrier électronique que l'AFP a pu consulter.

"En tant qu'organisation internationale, nous ne pouvons pas diffuser un extrait sur la Russie et la Pologne sans permettre à d'autres de donner leur avis sur le sujet", écrit un membre du Fonds dans ce courriel adressé au réalisateur.

Se disant "choqué" par cette demande, M. McAleer a décidé d'annuler son intervention. "En clair, ils censuraient ma présentation, ils censuraient mon discours. (...) Une conférence est censée être un lieu d'échanges d'idées", a-t-il déclaré.

Contacté, le FMI a expliqué avoir demandé au réalisateur de ne pas diffuser cet extrait parce que cela "aurait requis que d'autres aient la parole" sur ce sujet.

"Etant donné que ce n'était pas possible, M. McAleer a indiqué qu'il préférait annuler sa participation", a indiqué une porte-parole du Fonds dans un courriel à l'AFP.

Diffusé sur une chaîne du câble américain fin janvier, "FrackNation" a été financé via un site internet de levée de fonds et a reçu les éloges du New York Times, saluant un film "méthodiquement documenté".

jt/sl/mdm

PLUS:afp