DIVERTISSEMENT

«L'Ereure est humaine»: Laurent Paquin s'amuse de nos travers (VIDÉO)

21/03/2013 02:38 EDT | Actualisé 21/05/2013 05:12 EDT
PC/Denis Beaumont

L'Ereure est humaine, clame Laurent Paquin sur l'affiche de son nouveau spectacle, faute d'orthographe accroche-œil à l'appui pour bien souligner son propos. Mais l'humoriste ne fait pas du tout fausse route avec ce troisième effort solo en carrière, grâce à des textes bien ficelés et un charisme extraordinaire dont il a usé de belle façon lors de sa rentrée montréalaise au Monument-National, mercredi soir.

L'attachement du public envers Paquin n'est plus à prouver: ses deux premiers one man shows, Première impression et Tout est relatif, se sont promenés sur les routes du Québec pendant trois ans, et il détient le record du plus grand nombre consécutif d'animations de galas au Festival Juste pour rire. Et cette affection s'explique aisément: l'homme a le chic pour nous mettre gentiment nos travers sous le nez, s'en moquer et nous les faire voir sous un éclairage complètement inédit. Qu'il s'attarde aux peccadilles du quotidien ou aux plus grandes bourdes de nos politiciens, le comique vise toujours dans le mille.

Cette fois, Laurent Paquin brode autour du thème de la méprise pour nous faire rigoler. Dans un décor rappelant l'histoire de l'origine du monde avec son immense arbre - Ève n'a-t-elle pas commis la toute première faute de l'humanité en croquant dans le fruit défendu tendu par Adam? -, il s'en est d'abord donné à cœur joie en énumérant ces petits faux pas de la vie de tous les jours, «à éviter absolument», selon lui. Parmi eux: le vin maison, l'achat d'un extracteur à jus (un appareil qui ne fonctionne de toute façon jamais), les faux toupets, le speedo pour les hommes, le legging pour les femmes, et Occupation double. Il a ensuite empoigné sa guitare pour poursuivre sa tirade sous forme de ritournelle.

À tirer les larmes

Plus tard, l'artiste a raconté sa première véritable gaffe, son mariage avec une cousine à l'âge de 19 ans pour bénéficier de prêts et bourses. La «promise» était native de l'Ontario et c'est dans ce coin de pays qu'ils ont «convolé». «Là-bas, c'est plus normal de marier sa cousine», a cabotiné Paquin.

Une anecdote attendrissante sur son passé de jeune hockeyeur et la fierté de son papa lorsqu'il a réussi un lancer de punition allait enfin donner le ton au numéro le plus hilarant de la soirée, celui où le gaillard fait étalage de son extrême sensibilité. «Je suis moumoune», a-t-il sans ambages déclaré, avant de dresser la liste des situations qui lui ont déjà tiré des larmes: les scènes de foules et les moments de tendresse entre père et fils au cinéma, les images du retour au jeu de Saku Koivu après ses traitements contre le cancer, la finale de La guerre des tuques («Pourquoi c'est Cléo qui meurt? Le petit frère asiatique était bien plus désagréable!») et... Décore ta vie.

Car, oui, Laurent Paquin adore les émissions de décoration. La description qu'il fait des Anges de la rénovation et du sombre destin des participants de cette téléréalité, mimiques exagérées en prime, est à se rouler par terre et a d'ailleurs remporté un succès fou, mercredi. À le voir imiter les réactions démesurées des gens lorsqu'ils découvrent leurs pièces transformées, il ne fait aucun doute qu'il est un téléspectateur assidu de ce genre de concept.

Il a poursuivi dans la même veine en deuxième partie en parlant des dépendances étranges traitées dans certains titres de Canal Vie (comme ces personnes qui mangent de la mousse de fauteuil ou du papier hygiénique), de nos préjugés et de nos manies et superstitions. Autre moment à signaler, lorsqu'il détaille les bizarreries inventées par la fonction autocorrectrice de nos téléphones intelligents, ou encore le dernier clin d'œil de la prestation, une chanson intitulée La nuit expliquée aux enfants...

Laurent Paquin présente L'Ereure est humaine au Monument-National ce soir, et il sera de retour à Montréal du 25 au 27 avril, au Théâtre Saint-Denis, pour des représentations supplémentaires. Pour connaître toutes les dates de représentations, consultez le www.laurentpaquin.com. 50 000 billets du spectacle ont déjà été vendus.