NOUVELLES

L'Algérie envoie des agents de sécurité sur les sites économiques étrangers

21/03/2013 10:21 EDT | Actualisé 21/05/2013 05:12 EDT

L'Algérie a chargé des agents de sécurité de l'Etat de protéger les sites économiques détenus par des étrangers, malgré les réticences de ses partenaires, après l'attaque meurtrière en janvier d'un complexe gazier du sud, a déclaré jeudi le ministre algérien de l'Intérieur.

"De nouvelles mesures pour sécuriser les sites économiques ont été prises. La protection relevait de services internes de sécurité. Nous avons décidé d'introduire des membres des services de sécurité algériens +officiels+", a déclaré à la presse le ministre, Daho Ould Kablia.

"Il leur a été (les sociétés étrangères) difficile d'accepter" la présence de ces agents de sécurité algériens, a-t-il ajouté. La sécurité de ces sites était jusqu'à présent assurée par des sociétés privées.

La sécurité des sites économiques du pays "relève de la souveraineté de l'Algérie et de la sécurité de l'Algérie", a cependant souligné M. Ould Kablia.

Mi-janvier, plusieurs dizaines de militants islamistes ont pris en otage des membres du personnel du complexe gazier de Tiguentourine (1.300 km au sud-est d'Alger), géré conjointement par l'Algérien Sonatrach, le Britannique BP et le Norvégien Statoil.

Au total, 37 otages étrangers, dont des Occidentaux et des Asiatiques, et un Algérien ont été tués lors de cette prise d'otages. Vingt-neuf ravisseurs ont également péri et trois autres ont été capturés.

L'usine, qui a une capacité globale de 9 milliards de m3/an, a été maintenue plus d'un mois à l'arrêt. Le premier train a redémarré le 24 février. Selon le ministre de l'Energie, Youcef Yousfi, le deuxième doit être relancé en avril et le troisième "avant la fin de l'année".

amb/fc/sw

PLUS:afp