NOUVELLES

Incident diplomatique à l'ONU entre Cuba et la blogueuse dissidente Sanchez

21/03/2013 06:45 EDT | Actualisé 21/05/2013 05:12 EDT

La venue de la blogueuse d'opposition cubaine Yoani Sanchez au siège des Nations unies à New York a donné lieu à un incident diplomatique jeudi, Cuba exigeant qu'elle n'utilise pas la salle de conférence de presse officielle de l'organisation.

En tournée internationale depuis février, la blogueuse a ainsi dû se présenter devant les journalistes dans une salle du bâtiment occupée par l'Association des correspondants aux Nations unies (UNCA), à l'origine de la rencontre, plutôt que dans l'auditorium habituel.

Lors de la conférence de presse, Yoani Sanchez, 37 ans, a d'autant plus vivement dénoncé le recours aux "gros bras du castrisme" pour "éviter que les voix critiques non gouvernementales aient accès aux organisations internationales".

Elle a également souligné qu'il "était temps" que l'ONU "sorte de sa léthargie et reconnaisse que le régime cubain est une dictature".

"Je suis fière de voir que pour ma première venue dans ce bâtiment si important des Nations unies je sois en présence de mes confrères journalistes", a encore indiqué la blogueuse, qui était également reçue cette semaine à la Maison Blanche et au Congrès à Washington.

Cet incident fait suite à l'envoi lundi par l'ambassadeur cubain à l'ONU, Rodolfo Reyes, d'une lettre officielle de protestation au secrétaire général Ban Ki-moon. Dans cette missive, M. Reyes qualifie la conférence de presse organisée par l'UNCA "d'acte anticubain" et "d'atteinte grave" au climat de coopération au sein des Nations unies.

Mais le porte-parole de l'ONU, Martin Nesirky, a rétorqué jeudi que les Nations unies "par principe n'interfèrent pas dans les événements de la UNCA".

Yoani Sanchez a prévu de visiter en trois mois une douzaine de pays du continent américain et en Europe.

Après avoir vécu un temps en Suisse et être retournée à Cuba, elle a été empêchée de sortir de l'île une vingtaine de fois par les autorités communistes.

Grâce à la nouvelle loi migratoire entrée en vigueur à la mi-janvier, Yoani Sanchez a finalement été autorisée à se rendre à l'étranger.

mar/sam/bdx

PLUS:afp