NOUVELLES

Délit d'initié: le frère du fondateur du fonds Galleon à son tour poursuivi

21/03/2013 04:27 EDT | Actualisé 21/05/2013 05:12 EDT

Le gouvernement américain lance des poursuites contre Rengan Rajaratnam, le frère du fondateur du fonds spéculatif Galleon aujourd'hui en prison pour délit d'initié, Raj Rajaratnam, plus de trois ans après le début de cette retentissante affaire aux Etats-Unis.

Le procureur de Manhattan Preet Bharara, la police fédérale (FBI) et la Commission américaine des opérations de Bourse (SEC), accusent Rengan Rajaratnam d'avoir "manoeuvré avec son frère pour faire des opérations boursières sur la base d'informations confidentielles", d'après un communiqué de M. Bharara jeudi.

Les transactions incriminées ont eu lieu en 2008 et portaient sur des entreprises comme le câblo-opérateur Clearwire ou le fabricant de microprocesseurs AMD, avec près de 1,2 million de dollars de bénéfices illicites.

Dans un communiqué, la SEC affirme que de 2006 à 2008, Rengan Rajaratnam a reçu de façon répétée des informations confidentielles de la part de son frère Raj, qui lui ont permis de générer plus de 3 millions de dollars de gains illicites pour lui et les fonds spéculatifs qu'il gérait chez Galleon, l'entreprise de son frère, et Sedna Capital Management, une société de conseil qu'il avait co-fondée avec une tierce personne.

Selon la SEC, Rengan Rajaratnam a aussi participé activement aux malversations de son frère en "cultivant (un réseau) des sources bien placées auxquelles il soutirait des informations confidentielles pour avoir un avantage injuste sur les autres opérateurs de marché".

"Notre plainte contre Rengan Rajaratnam raconte l'histoire triste d'un homme qui a suivi son frère sur une voie illégale d'avidité vers sa conclusion inévitable", a commenté George Canellos, directeur des poursuites de la SEC.

Rengan Rajaratnam n'a pas été arrêté. Selon le New York Times, il se trouve actuellement au Brésil, une information que les autorités américaines se sont refusées à commenter.

Son frère Raj purge lui une peine de 11 ans de prison, un record pour ce genre de délit.

ved/bdx

PLUS:afp