NOUVELLES

Deux roquettes de Gaza s'abattent en Israël pendant la visite d'Obama

21/03/2013 03:00 EDT | Actualisé 20/05/2013 05:12 EDT

Deux roquettes tirées de la bande de Gaza se sont abattues jeudi dans le sud d'Israël sans faire de blessé, au deuxième jour de la visite en Israël et dans les Territoires palestiniens du président américain Barack Obama, a annoncé la police israélienne.

"Une des roquettes a explosé dans la cour d'une maison de la ville de Sdérot, provoquant des dégâts. Le deuxième engin est tombé dans un champ", a déclaré à l'AFP le porte-parole de la police Micky Rosenfeld.

Les tirs se sont produits le matin peu avant une rencontre de M. Obama avec le président palestinien Mahmoud Abbas à Ramallah, en Cisjordanie.

Le Hamas, au pouvoir à Gaza, a assuré que ces tirs ne pouvaient être le fait de la "résistance" dans le territoire palestinien.

Mais une coalition de groupes salafistes de Gaza, rétifs à l'autorité du Hamas, les a revendiqués dans l'après-midi, affirmant qu'il s'agissait d'une "réponse à la visite d'Obama" afin de lui signifier qu'il n'y connaîtrait pas la sécurité "tant qu'il n'y aurait pas de sécurité dans l'ensemble des pays islamiques".

M. Abbas a condamné toute violence contre les civils, "y compris le tir de roquettes", selon son conseiller politique Nimr Hammad.

Interrogé lors d'une conférence de presse conjointe avec M. Abbas, le président américain a également dénoncé ces tirs.

"Nous avons encore vu la menace de Gaza avec ces roquettes. Nous condamnons cette violation d'un important cessez-le-feu qui protège les Israéliens comme les Palestiniens", a déclaré M. Obama en référence à la trêve conclue le 21 novembre entre Israël et le Hamas, par l'intermédiaire de l'Egypte.

En représailles, le gouvernement israélien a donné instruction à l'armée "jusqu'à nouvel ordre" de réduire la zone de pêche du territoire palestinien à trois milles nautiques et de fermer le terminal de Kerem Shalom, unique point de transit de Gaza pour les marchandises, selon un communiqué militaire.

Aux termes de l'accord de cessez-le-feu, Israël avait consenti à alléger son blocus maritime en autorisant les pêcheurs à aller jusqu'à 6 milles nautiques, au lieu de 3 jusqu'alors (environ 11 km au lieu de 5,5).

Israël impose depuis 2006 un blocus à Gaza, dont il contrôle la quasi totalité des frontières extérieures, renforcé en juin 2007 après la prise de contrôle du territoire par le Hamas.

Dans un communiqué, le porte-parole de l'ONU a "condamné les tirs de roquettes", rappelant "à toutes les parties leurs obligations de protéger les civils, en vertu du droit humanitaire international".

Le maire de Sdérot, David Bouskila, a regretté à la radio que sa ville "serve de punching-ball pour le Hamas et les autres groupes terroristes qui ont cette fois-ci voulu faire comprendre par des moyens non diplomatiques à Obama qu'il n'était pas le bienvenu".

Le dernier tir de roquette de Gaza sur Israël remontait au 26 février. l'engin avait atterri près d'Ashkelon (sud) sans faire de blessé. Il s'agissait du premier tir depuis la trêve, qui a mis fin à l'opération israélienne militaire "Pilier de Défense" (14-21 novembre).

Selon un bilan établi par l'AFP de sources médicales des deux camps, les hostilités avaient fait 177 tués palestiniens, dont plus d'une centaine de civils, ainsi que six tués israéliens, quatre civils et deux militaires.

bur-sst/fc

PLUS:afp