NOUVELLES

Damas remet à Beyrouth un Libanais qui voulait combattre avec les rebelles

21/03/2013 06:51 EDT | Actualisé 21/05/2013 05:12 EDT

Damas a remis jeudi à Beyrouth un Libanais qui avait été capturé en Syrie, où il combattait au côté des rebelles contre les forces gouvernementales, a annoncé la télévision officielle.

"Les forces de sécurité syriennes ont remis jeudi aux autorités libanaises le Libanais Hassan Srour qui avait été capturé lors d'une embuscade tendue à des groupes terroristes infiltrés à Tall Kalakh, en Syrie, à partir du Liban", a indiqué un bandeau diffusé sur la chaîne officielle.

Tall Kalakh se trouve près de la frontière à l'ouest de Homs; dans le centre de la Syrie.

Il est officiellement le seul survivant d'un groupe de douze jeunes sunnites (onze Libanais et un Palestinien) venus de Tripoli, nord du Liban, et entrés en Syrie fin novembre pour combattre les forces du président Bachar al-Assad. Les autorités de Damas ont remis depuis onze corps.

Un responsable de la Sûreté générale libanaise a affirmé à l'AFP qu'il était arrivé au Liban et "qu'il revient au juge de décider quand il pourra être remis à ses parents". Passer avec des armes dans un pays voisin est un délit, selon la loi libanaise.

Dans des déclarations à plusieurs médias dont la chaîne officielle syrienne, Hassan Srour, qui portait une queue de cheval et une barbe noire, a indiqué que le groupe venait "pour combattre l'armée syrienne".

"Nous nous sommes partis de Wadi Khaled (au Liban) pour le territoire syrien, munis de bombes et de mitrailleuses. Nous avons franchi la frontière de nuit. En Syrie, un jeune homme syrien Abou Omar, nous attendait", a-t-il raconté.

"A l'aube, Abou Omar a appelé des gens pour qu'ils nous apportent à boire et à manger, puis nous avons repris notre chemin en direction de Qalaat al-Hosn (dans la province de Homs). Mais des affrontements ont éclaté, j'ai fui et le matin j'ai été arrêté", a affirmé Hassan Srour, qui a été présenté au groupe par l'intermédiaire de son frère, tué dans cet accrochage.

Il a également affirmé que le groupe était financé par Daaï al-Islam al-Chahal, un des plus anciens chefs salafistes au Liban.

La région de Tripoli, à majorité sunnite, est largement acquise à la rébellion contre Bachar al-Assad, qui appartient à la minorité hétérodoxe alaouite.

rm/sk/feb

PLUS:afp