NOUVELLES

Abbas condamne la violence, dont les tirs de roquettes de Gaza (présidence)

21/03/2013 07:30 EDT | Actualisé 21/05/2013 05:12 EDT

Le président palestinien Mahmoud Abbas a condamné jeudi la violence contre les civils, "y compris le tir de roquettes", après qu'un groupe armé de la bande de Gaza, contrôlée par le mouvement Hamas, a lancé deux projectiles contre Israël.

"Nous condamnons la violence contre les civils, quelle qu'en soit la source, y compris le tir de roquettes", a déclaré le conseiller politique de la présidence, Nimr Hammad, en citant M. Abbas, juste avant l'arrivée du président américain Barack Obama à Ramallah, selon des propos rapportés par l'agence officielle palestinienne Wafa.

"Nous tenons à une trêve bilatérale et complète dans la bande de Gaza et approuvons l'accord conclu via médiation égyptienne le 21 novembre 2012", a-t-il ajouté.

Deux roquettes tirées de la bande de Gaza se sont abattues jeudi matin dans le sud d'Israël, sans faire de blessé, a indiqué la police israélienne.

Dans un apparent démenti, un porte-parole du Hamas à Gaza, Sami Abou Zouhri, a affirmé que son mouvement "considère cette histoire de tir de roquettes comme de simples accusations israéliennes visant à gagner la sympathie d'Obama et à le monter contre les Palestiniens".

La Maison Blanche s'est refusée à tout commentaire dans l'immédiat.

Le dernier tir de roquette de Gaza sur Israël, qui n'avait pas fait de blessé, remonte au 26 février.

Il s'agissait du premier tir depuis la fin de l'opération "Pilier de Défense" lancée par l'armée israélienne dans la bande de Gaza du 14 au 21 novembre, qui s'était conclue par un cessez-le-feu entre Israël et le Hamas, par l'intermédiaire de l'Egypte.

Les hostilités entre l'armée israélienne et les groupes palestiniens de Gaza qui avaient duré huit jours, ont coûté la vie à 177 Palestiniens, dont plus d'une centaine de civils, ainsi qu'à six Israéliens, quatre civils et deux militaires, selon les bilans des deux camps.

Dans un rapport en mars, le Haut-Commissariat aux droits de l'Homme de l'ONU (HCDH) a pour sa part dénombré "174 Palestiniens tués à Gaza" pendant l'opération, parmi lesquels "168 par des actions militaires israéliennes, dont 101 sont considérés comme des civils".

bur-jad-sst/agr/feb

PLUS:afp