NOUVELLES

Métro, bus et vélo en libre service feront ménage à trois à Montréal

20/03/2013 05:53 EDT | Actualisé 20/05/2013 05:12 EDT

La Société de transport de Montréal (STM), qui gère ses quatre lignes de métro et 213 lignes de bus, est sur le point d'y ajouter le vélo en libre-service Bixi, a indiqué mercredi le président de la STM Michel Labrecque.

Bixi a été confiée à une filiale de la Chambre de commerce de Montréal. Mais, pour des raisons légales, cette solution ne pouvait être adoptée et la ville a décidé de vendre la partie internationale de Bixi (Londres, New-York, Washington, Chicago...) et de trouver un opérateur montréalais, a expliqué M. Labrecque devant le Conseil des relations internationales de Montréal (CORIM).

"Elle a demandé à la STM si elle pouvait reprendre la Bixi. Nous avons répondu: la loi nous le permet", a poursuivi le responsable, citant les exemples de Toulouse, de Bordeaux ou encore de Paris, où la carte Navigo de la RATP permet de s'abonner au Vélib.

Les avantages sont évidents, pense-t-il. Aujourd'hui, quand les Bixi retrouvent leurs bornes de stationnement au printemps, les bus perdent des passagers et ne les récupèrent qu'en hiver. Si les deux moyens de transport font partie de la même entreprise, ces mouvements s'équilibrent et on peut "optimiser le système", a expliqué M. Labrecque.

Reste à définir le cadre légal et les conditions d'opérations, a-t-il précisé, car la STM ne saurait absorber le déficit de la Bixi et c'est la ville qui doit s'y engager. Actuellement, selon lui, sur un budget de cinq millions de dollars, on compte deux millions de publicité, deux millions de billetterie et un million de déficit.

Par ailleurs, M. Labrecque a déclaré que la STM avait l'intention de devenir "le meilleur système de transports urbains du monde dans sa catégorie", citant des résultats déjà obtenus. Avec 224 utilisations annuelles par habitant, Montréal est en tête de toutes les villes d'Amérique du Nord, et son système de commande centralisée intégrée de tous les systèmes informatiques du métro, "unique au monde", fait accourir des experts de Paris, Moscou et Tokyo.

Il souhaite que Montréal soit choisi pour accueillir en 2017 le congrès mondial de l'Union internationale des transports publics (UITP).

via/mdm

PLUS:afp