NOUVELLES

La sonde Voyager 1 n'est pas encore sortie du système solaire (NASA)

20/03/2013 02:50 EDT | Actualisé 20/05/2013 05:12 EDT

La sonde américaine Voyager 1, lancée en 1977, n'est pas encore sortie du système solaire, a affirmé mercredi la Nasa, contrairement à ce qu'avait indiqué plus tôt un astronome dans une étude.

"Selon le consensus au sein de l'équipe scientifique, Voyager 1 n'est pas encore sortie du système solaire ou atteint l'espace interstellaire", affirme dans un communiqué Edward Stone, le responsable scientifique de la mission à la Nasa basé à l'Institut de technologie de Californie (Caltec) à Pasadena.

Les deux Voyagers, lancées en 1977 à un mois d'intervalle, sont encore en bon état de fonctionnement. Le programme d'exploration Voyager avait pour objectif l'étude des planètes extérieures au Système solaire. Voyager 1 et 2 ont survolé Jupiter, Saturne, Uranus, Neptune ainsi que 48 de leurs lunes.

Les données recueillies par les neuf instruments à bord de chacune des sondes en font la mission d'exploration du Système solaire la plus fructueuse scientifiquement de toute l'histoire spatiale.

En décembre 2012, les responsables de la mission avaient annoncé que Voyager 1, lancée en 1977, se trouvait dans une nouvelle région des confins du système solaire appelée "l'autoroute magnétique" où les particules hautement chargées en énergie connaissent des changements radicaux, rappelle-t-il.

"Un changement de direction du champ magnétique est le dernier indicateur clé confirmant que la sonde a atteint l'espace interstellaire et ce changement de direction n'a pas été encore observé", a souligné Edward Stone.

Bill Webber, professeur retraité d'astronomie à l'Université du Nouveau Mexique (sud-ouest) avait annoncé plus tôt mercredi en citant ses travaux à paraître dans une revue scientifique que Voyager 1 serait sortie du système solaire.

"Il semble que Voyager soit sortie de la zone frontière à la limite du système solaire selon des mesures du spectre d'hydrogène et d'hélium caractéristiques de celles qu'on s'attend à rencontrer dans l'espace interstellaire", expliquait-il dans un communiqué.

"Je dirais que Voyager 1 est désormais hors de l'héliosphère dans une nouvelle région et que toutes les données que nous recevons sont différentes et excitantes", ajoutait-il.

L'étude du professeur Webber a été acceptée pour publication dans les Geophysical Research Letters publiées par l'American Geophysical Union.

js/jca

PLUS:afp