NOUVELLES

Dopage - Bordry invite la commission d'enquête du Sénat à interroger ASO

20/03/2013 04:19 EDT | Actualisé 20/05/2013 05:12 EDT

Pierre Bordry, ex-président de l'AFLD, a invité mercredi la Commission d'enquête du Sénat sur l'effacité de la lutte antidopage à interroger les responsables d'ASO, l'organisateur du Tour de France, car "ils savent quand même pas mal de choses de ce qui se passe sur leur compétition".

"J'invite la commission d'enquête à auditionner les responsables d'ASO sur l'éventualité du passage de la frontière espagnole par certains coureurs lors du Tour 2009", a déclaré à l'AFP après son audition M. Bordry, qui a présidé le Conseil de prévention et de lutte contre le dopage (CPLD), puis l'AFLD (Agence française de lutte contre le dopage) de 2005 à 2010.

Le Tour de France 2009 a fait une incursion en Espagne et Andorre lors des 6e, 7e et 8e étapes de cette édition.

Lors de son audition, M. Bordry a affirmé sous serment: "Il y a des rumeurs qui circulent, et il faudrait poser la question aux gens d'Amaury Sport Organisation selon lesquelles le groupe Amaury savait qu'il y avait des coureurs qui, dans cette zone (Andorre, NDLR), passaient la frontière espagnole".

"Je ne sais pas pourquoi ils passaient la frontière espagnole, ni quel besoin ils en avaient mais pour le Tour de France suivant, ils (les organisateurs, NDLR) ont donné des indications aux directeurs d'équipe, semble-t-il, pour leur dire qu'il ne fallait pas recommencer", a-t-il ajouté.

"Je retire de ces rumeurs, et je dis que ce ne sont que des rumeurs qu'il faudrait vérifier auprès des intéressés, que les dirigeants du Tour de France sont tout à fait engagés dans la lutte contre le dopage, mais qu'ils savent quand même pas mal de choses de ce qui se passe sur leur compétition."

Le directeur du Tour de France depuis 2005, Christian Prudhomme, était injoignable dans l'immédiat mercredi soir.

La semaine dernière, l'ancien ministre des Sports, David Douillet, s'était déclaré favorable devant cette même commission au "fait de pénaliser ceux qui organisent des événements où des faits de dopage sont avérés".

"Le Tour de France, c'est une grande caravane, un mois où tous les protagonistes vivent ensemble. Ce n'est pas possible qu'à un moment donné les organisateurs n'aient pas été au courant", avait développé le double champion olympique de judo (1996, 2000).

fbr/gf/sk

PLUS:afp