NOUVELLES

Des autochtones canadiens et américains unis contre les sables bitumineux

20/03/2013 12:27 EDT | Actualisé 20/05/2013 05:12 EDT

Les chefs de neuf communautés amérindiennes du Canada et des Etats-Unis ont annoncé mercredi à Ottawa la conclusion d'une alliance pour s'opposer à la construction d'oléoducs transportant à travers leurs terres du pétrole provenant des sables bitumineux de l'ouest canadien.

Cette initiative semble viser en premier lieu le projet de l'oléoduc Keystone XL, dont le tracé est proche de la zone aquifère d'Ogallala au Nebraska, comprise dans les terres appartenant à la tribu Ihanktonwan Dakota, dont le chef Phil Lane junior était l'un des animateurs de la réunion.

Les participants se sont engagés aussi à se soutenir mutuellement lors de batailles judiciaires à mener et ont annoncé "un long été chaud" de protestations sur le terrain.

La réunion a approuvé un "Traité international pour protéger la terre sacrée contre les projets de sables bitumineux" et la "Déclaration Sauver le Fraser", destinée à défendre le plus grand fleuve de la province canadienne de Colombie-Britannique.

Les deux textes "gagnent rapidement un soutien international à travers le Canada, les Etats-Unis et au-delà", a dit le chef Lane dans un communiqué.

"Que le Premier ministre (canadien Stephen Harper) ou le président (américain Barack) Obama approuvent ou non les oléoducs Enbridge, Kinder Morgan, Keystone XL ou Enbridge Line 9, ils ne passeront pas par les territoires autochtones communs, quelles que soient les conditions ou les circonstances", a-t-il affirmé.

"Le gouvernement canadien dépense beaucoup de temps et d'argent aux Etats-Unis pour dire que les sables bitumineux sont bien encadrés sur le plan environnemental, mais ma communauté --qui respire un air pollué, boit de l'eau polluée et voit beaucoup de bassins (de décantation) toxiques-- est une preuve vivante que le gouvernement canadien profère un vaste et coûteux mensonge", a déclaré le chef Allan Adam, de la tribu Chipewyan, qui vit dans la région de l'Athabasca en Alberta.

Les chefs amérindiens ont demandé que la production de pétrole des sables bitumineux de l'Alberta soit plafonnée au niveau actuel de 1,8 million de barils par jour, et que les pétroliers développent des technologies d'exploitation moins polluantes.

amc-via/jl/sam

PLUS:afp