Une domestique indonésienne a été condamnée à mort par un tribunal saoudien pour avoir décapité, dans un geste inexpliqué, la fillette de quatre ans de ses employeurs à Yanbu, ville de l'ouest du royaume, rapporte lundi la presse.

Le verdict a été prononcé dimanche, ont précisé plusieurs journaux.

La domestique a été condamnée aussi à huit mois de prison et à 200 coups de fouet, à être administrés en quatre ans, pour avoir tenté de se suicider après son arrestation, a précisé le quotidien Al-Watan.

Le père de la victime, Khaled el-Chihri, a éclaté en sanglots à l'énoncé du verdict et refusé d'accepter une requête de l'ambassade d'Indonésie d'accepter une compensation, appelée "prix du sang" pour épargner la domestique.

Selon la presse, la domestique a reconnu devant ses juges avoir décapité la petite Tala avec une hache sans arriver à expliquer clairement son geste.

Elle a déclaré avoir reçu des Sms d'un homme se trouvant en Indonésie la pressant de tuer la fillette de son employeur mais sans dire pourquoi.

Le crime a provoqué deux victimes collatérales.

La mère de la fillette, une institutrice, a découvert en rentrant que la porte de sa maison était fermée à clef. La domestique a refusé d'ouvrir en menaçant de tuer la fillette qui était déjà morte, selon la presse.

Alerté, le mari s'est rué sur sa voiture pour rentrer et, dans la panique, a provoqué un accident de la circulation qui a coûté la vie à un automobiliste et blessé sa fille âgée de six ans. Cette dernière décède à son tour après neuf jours d'hospitalisation, selon Al-Watan.

Un avocat, chargé par l'ambassade indonésienne de défendre la domestique, a annoncé son intention de faire appel.

aa/mh/hj