Mode aux Jutra: Trouver LA robe pour le tapis rouge et la soirée des Jutra, ENTREVUE avec les stars

Publication: Mis à jour:
CLAUDIA BARILA
Claudia Barilà prend plaisir à choisir sa robe seule (Photo Agence QMI). | Agence QMI

Dimanche soir auront lieu les Jutra, un des rendez-vous glamour incontournables du star system québécois. Pour chaque paire de jeans et de chemise négligée ornant le tapis rouge, une petite robe griffée et une fine paire d’escarpins viendront sauver la note. Il suffit de bien regarder… car le Québec a fait des pas de géants depuis les dernières années (fastes), d’un point de vue vestimentaire.

Quand les vedettes hollywoodiennes se font faire des robes sur mesure exquises et hors de prix, ou se font livrer directement de l’atelier de Donatella Versace une robe qui sort tout juste du podium milanais, comment se déroule la quête du look parfait au Québec? Si certaines actrices ont développé un partenariat ou une amitié avec certains designers montréalais, nos stars sont-elles pour le moins férues de mode?

J’ai interrogé pour vous six très belles femmes de tous âges, modernes, allumées et aussi, terre-à-terre. Voici leurs réponses.

• La robe :

Claudia Barilà prend plaisir à choisir sa robe seule (et s’y débrouille d’ailleurs très bien!). Le seul critère de sélection: la robe doit être un coup de foudre total. Elle privilégie les designers québécois et, à l’international, son vieil ami Roberto Cavalli. Son dernier coup de cœur? Une robe pastel signée DUY, printemps/été 2013.

Marie-Soleil Michon entame sa quête de LA robe une à deux semaines avant un événement glamour et feuillette les magazines, à la recherche des tendances maquillage et coiffure du moment. Sa styliste, Nathalie Roberge, lui apporte une grande sélection de robes à essayer chez elle, car Mlle Michon déteste faire les boutiques. Elle cherche une robe qui lui va bien et qui ne lui compliquera pas la vie: «Je recherche une robe qui tombe bien sans nécessiter trop d'ajustement, une robe que je pourrai "oublier" et qui sera somme toute facile à porter.»

En ce qui concerne Virginie Coossa, la belle à la crinière d’ébène préfère être autonome: «J'ai déjà engagé une styliste plus jeune et les résultats avaient été heureux (je crois!), mais aujourd'hui je réalise que je sais plus que quiconque ce qui me sied bien. Je préfère donc m'organiser seule, comme une grande. Cela dit, je trouve 90% de mes robes chez BCBG, ça me ressemble ».

La pétillante Pénélope McQuade explique: «Ma routine consiste à prendre le moins de temps possible pour mettre ce que ma styliste et amie Olivia (Olivia Leblanc) a déniché pour moi. Je lui fais confiance les yeux fermés. On est un duo de feu. Je suis très "game", c'est mon seul talent vestimentairement parlant, alors elle peut laisser aller sa créativité sans limites. Elle sait que j'ai besoin de confort et de chaleur, ce sont mes seuls critères. Et d'être pas trop girly! Les froufrous, boucles, volants, dentelles et autres fla-fla ne sont pas pour moi.» Donc pas très Élizabeth Taylor, notre Pénélope. Et la robe parfaite pour elle, c’est…? «La robe parfaite est celle qui me sort de ma zone de confort tout en m'apportant une certaine confiance que je ne me trompe pas en jouant le tout pour le tout».

Isabel Richer est probablement celle qui fera le plus d’envieuses…. En effet, la très jolie actrice n’est habillée par nulle autre que la designer de renom Marie Saint Pierre et ce, depuis quelques années. Non seulement cela lui évite des tracas et lui économise un temps précieux, mais ceci lui vaut la mention automatique gala après gala d’être parmi une des plus belles… Quelle veine!

Abeille Gélinas, (qui magasinait justement sa robe de mariée hier) me parlait de la robe parfaite. En bref, son cœur doit faire des flips. «J’engage très rarement de stylistes, car j’aime bien faire mes propres compositions de vêtements, étant donné que je suis plutôt du style mix and match. Mon secret pour trouver LA robe? Elle doit être un coup de cœur!»

• Fouler le tapis rouge:

Pénélope McQuade elle, tient un tout autre discours! «Je n'aime pas les tapis rouges. Les couvrir pour un métier que j'adore est une chose, prendre du plaisir à le fouler en est une tout autre. Je les évite quand je peux”. Elle fait un clin d’oeil à Star System, l’émission qu’elle coanimait avec Herby Moreau: «Au grand dam de ma styliste Olivia Leblanc qui me faisait des looks d'enfer, j'arrivais souvent sur des tapis rouges complètement underdressed, en talons plats plutôt qu'en escarpins, en pantalon non en robe, avec un chapeau sur la tête au lieu de cheveux parfaits. Je suis frileuse et je déteste prendre des heures pour me préparer, alors souvent à la descente d'avion à NY ou L.A., au lieu de mettre les super kits préparés avec soin, je m'habillais chaudement avec un peu moins d'élégance. Je le regrettais toujours, mais je n'ai jamais attrapé le rhume sur un tapis rouge!»

Virginie n’arrive jamais à un évènement l’estomac vide: «je m'assure toujours d'avoir quelque chose dans l'estomac pour ne pas faire de baisse de pression et avoir les idées claires, et je m'apporte des noix ou une barre tendre au cas où. J'ai déjà même dépanné des invités qui mourraient de faim pendant le gala, donc toujours pratique. » En effet! Comptez sur moi pour avoir ma barre tendre si jamais je croise un George Clooney en pleine crise d’hypoglycémie.

Parlant de monsieur Clooney…. Nos beautés auraient-elles quelques anecdotes savoureuses à nous partager? Pénélope McQuade confie que ce dernier l’a déjà appelé «Sweetie» en lui prenant la main, se remémore un Johnny Depp qui continue de lui parler, ses yeux plantés dans les siens, malgré son attachée de presse qui le tire par la manche…

Virginie enchaîne: «Au Festival des films de Toronto, je me suis déjà fait draguer par Morgan Freeman, et Liza Minelli aimait tellement mon manteau de fourrure Harricana qu'elle ne voulait que me poser des questions sur sa provenance, etc. Ce qui fait que j'y ai perdu tout mon temps pour poser MES propres questions!»

Claudia Barilà se souvient d’une invitée à un bal qui portait la même robe qu’elle et qui semblait s’en amuser beaucoup moins!

Marie-Soleil Michon ne relate aucun faux pas sur un tapis rouge, mais fait une observation pointue, juste et ma foi, délicieuse: «il faut éviter les robes trop courtes qu'on n'assume pas une fois assises... Même chose pour les robes sans bretelle: si l'ajustement n'est pas parfait et qu'on passe la soirée à remonter son corsage, à mon avis c'est raté! Il faut aussi y aller avec parcimonie en ce qui concerne les rallonges de cheveux: ça se voit tout de suite et si elles ne sont pas top qualité, ça peut vraiment faire cheap

Comme quoi au Québec nous sommes très équilibrées. Un tapis rouge ici ne signifie rien de drastique: l’important c’est de se sentir belle, peu importe les dictats de beauté actuels. Régimes, liftings, très peu pour nous. On se laisse inspirer par les tendances mode sans pour autant laisser celles-ci dicter nos choix.

Sommes toutes, ce qui prime sur tout, c’est… le coup de cœur!

À lire aussi sur le HuffPost Québec

Close
Jutra 2012: le tapis rouge
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

Suggérer une correction

Sur le web

Les robes des Jutra - C'est Extra! - Vidéos - V

Soirée des Jutra: des nominés heureux... malgré la crise

Jutra 2012: Philippe Falardeau, Anne Émond et Paule Baillargeon ...

Le tapis rouge du gala des Jutra 2011 - Elle Québec