LONDRES - Le violon dont jouait le directeur de l'orchestre du Titanic alors que le navire sombrait dans les eaux glaciales de l'Atlantique a été retrouvé, a annoncé vendredi une maison d'encan britannique.

Plusieurs survivants du naufrage ont dit se souvenir que l'harmonie, dirigée par Wallace Hartley, avait continué à jouer sur le pont même si les passagers se bousculaient pour embarquer dans les bateaux de sauvetage après que le gigantesque navire eut heurté un iceberg.

On croyait que l'instrument avait été perdu lors de la tragédie, mais les encanteurs Henry Aldridge & Son ont soutenu que de rigoureux tests avaient permis de déterminer qu'un violon retrouvé en 2006 était bel et bien celui dont jouait Wallace Hartley.

La maison d'encan a passé les sept dernières années — et des milliers de dollars — a tenter de déterminer l'origine du violon parsemé de taches d'humidité. L'avis de plusieurs experts, dont des experts judiciaires gouvernementaux et des spécialistes de l'université d'Oxford, a été sollicité pour les besoins de la cause.

Deux longues fissures sont visibles sur l'instrument, mais celui-ci est «incroyablement bien conservé» étant donné son âge et le fait qu'il a été exposé à l'eau, selon la maison d'encan. Le prix du violon se situerait dans les six chiffres.

Wallace Hartley est l'une des 1517 personnes qui ont péri lors du naufrage du Titanic, survenu au large de Terre-Neuve dans la nuit du 14 au 15 avril 1912.

Son violon aurait été retourné à sa fiancée pour ensuite se retrouver à l'Armée du Salut avant d'être remis à un professeur de violon, puis à la maison d'encan, au dire de la maison Henry Aldridge & Son.

Le violon sera présenté au public à la fin du mois à la mairie de Belfast, en Irlande du Nord, à environ un kilomètre de l'endroit où le Titanic a été construit.

titanic

Loading Slideshow...
  • COPYRIGHT© 2012 RMS TITANIC, INC; Produced by AIVL, Woods Hole Oceanographic Institute. Modeling by Stefan Fichtel.<br> Ethereal views of Titanic's bow (modeled) offer a comprehensiveness of detail never seen before.

  • As the starboard profile shows, the Titanic buckled as it plowed nose-first into the seabed, leaving the forward hull buried deep in mud--obscuring, possibly forever, the mortal wounds inflicted by the iceberg. <br> Photo appeared in the April issue of National Geographic magazine. COPYRIGHT© 2012 RMS TITANIC, INC; Produced by AIVL, Woods Hole Oceanographic Institute.

  • Titanic's battered stern, captured here in profile, bears witness to the extreme trauma inflicted upon it as it corkscrewed to the bottom. <br> Photo appeared in the April issue of National Geographic magazine. COPYRIGHT© 2012 RMS TITANIC, INC; Produced by AIVL, Woods Hole Oceanographic Institute.

  • Two of Titanic's engines lie exposed in a gaping cross section of the stern. Draped in "rusticles"--orange stalactites created by iron-eating bacteria--these massive structures, four stories tall, once powered the largest moving man-made object on Earth. <br> Photo appeared in the April issue of National Geographic magazine. COPYRIGHT© 2012 RMS TITANIC, INC; Produced by AIVL, Woods Hole Oceanographic Institute.

  • As the starboard profile shows, the Titanic buckled as it plowed nose-first into the seabed, leaving the forward hull buried deep in mud--obscuring, possibly forever, the mortal wounds inflicted by the iceberg. <br> Photo appeared in the April issue of National Geographic magazine. COPYRIGHT© 2012 RMS TITANIC, INC; Produced by AIVL, Woods Hole Oceanographic Institute.