Trop de charcuterie risque de vous faire mourir prématurément

Publication: Mis à jour:
PROSCIUTTO
courtoisie

Manger de la charcuterie ou de la viande transformée en grande quantité augmente sensiblement le risque de mourir prématurément, montre une vaste étude réalisée sur 448 568 personnes dans 10 pays européens sur une période de 13 ans.

Le risque de mourir d'un cancer ou d'une maladie cardiovasculaire est particulièrement accru chez les grands amateurs de charcuterie.

Fait intéressant : ces travaux n'ont pas permis d'établir une association claire entre la consommation de viande rouge et une mortalité prématurée, contrairement à d'autres publiés en 2009.

Également, aucun lien n'a pu être établi avec la consommation de viande blanche.

Selon l'étude, le risque augmenterait de 44 % pour les personnes qui consomment plus de 160 g de charcuterie par jour, par rapport à celles qui en consomment moins de 20 g quotidiennement.

Seulement pour les maladies cardiovasculaires, le risque serait augmenté de 72 %.

Le saviez-vous? La charcuterie comprend toutes les préparations alimentaires à base de viande de porc et ayant principalement le sel comme agent de conservation.
Sur la santé générale

Les auteurs de ces travaux publiés dans la revue BMC Medicine ont tenu compte dans leur étude du fait que les personnes qui mangent beaucoup de charcuterie avaient également tendance à fumer et à boire. Ces habitudes sont aussi deux autres facteurs de risque dans le développement des maladies cardiovasculaires et de certains cancers.

Les chercheurs ont également considéré le fait que les grands amateurs de charcuterie étudiés mangeaient également moins de fruits et de légumes, des aliments qui jouent un rôle protecteur contre ces maladies.

Les chercheurs estiment que 3,3 % des 26 000 décès survenus au cours de la période étudiée auraient pu être évités en réduisant la consommation de viande industrielle à moins de 20 g par jour.

La recherche a porté sur des hommes et des femmes participant à la grande étude européenne EPIC (étude européenne prospective sur le cancer). Ils avaient entre 35 et 69 ans au moment du début de l'enquête.

À lire aussi sur le HuffPost Québec

Les 10 pires ingrédients pour la santé
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

Suggérer une correction