Manger de la charcuterie ou de la viande transformée en grande quantité augmente sensiblement le risque de mourir prématurément, montre une vaste étude réalisée sur 448 568 personnes dans 10 pays européens sur une période de 13 ans.

Le risque de mourir d'un cancer ou d'une maladie cardiovasculaire est particulièrement accru chez les grands amateurs de charcuterie.

Fait intéressant : ces travaux n'ont pas permis d'établir une association claire entre la consommation de viande rouge et une mortalité prématurée, contrairement à d'autres publiés en 2009.

Également, aucun lien n'a pu être établi avec la consommation de viande blanche.

Selon l'étude, le risque augmenterait de 44 % pour les personnes qui consomment plus de 160 g de charcuterie par jour, par rapport à celles qui en consomment moins de 20 g quotidiennement.

Seulement pour les maladies cardiovasculaires, le risque serait augmenté de 72 %.

Le saviez-vous? La charcuterie comprend toutes les préparations alimentaires à base de viande de porc et ayant principalement le sel comme agent de conservation.
Sur la santé générale

Les auteurs de ces travaux publiés dans la revue BMC Medicine ont tenu compte dans leur étude du fait que les personnes qui mangent beaucoup de charcuterie avaient également tendance à fumer et à boire. Ces habitudes sont aussi deux autres facteurs de risque dans le développement des maladies cardiovasculaires et de certains cancers.

Les chercheurs ont également considéré le fait que les grands amateurs de charcuterie étudiés mangeaient également moins de fruits et de légumes, des aliments qui jouent un rôle protecteur contre ces maladies.

Les chercheurs estiment que 3,3 % des 26 000 décès survenus au cours de la période étudiée auraient pu être évités en réduisant la consommation de viande industrielle à moins de 20 g par jour.

La recherche a porté sur des hommes et des femmes participant à la grande étude européenne EPIC (étude européenne prospective sur le cancer). Ils avaient entre 35 et 69 ans au moment du début de l'enquête.

Loading Slideshow...
  • Les colorants artificielles

    Les sucres cachés dans les colorants artificiels causeraient l'hyperactivité et des maux de tête.

  • La farine blanchie

    Elle se trouve dans la plupart des pains blancs et ne comporte que peu de nutriments.

  • Le sirop de maïs haut en fructose

    Cet ingrédient se retrouve dans la plupart des plats tout prêts, y compris les viandes tranchées et les jambons. Non seulement il n'a aucune valeur nutrionnelle, mais il est directement lié aux risques de diabète de type 2.

  • Les édulcorants artificiels

    On peut y être «accro» comme du sucre. Ce sont des produits chimiques qui peuvent causer notamment des migraines.

  • L’hydroxytoluène butylé ou BHT

    Le BHT est utilisé dans la plupart des plats tout prêts pour conserver les gras. Voilà un ingrédient chimique qui pourrait causer des réactions allergiques sur la peau.

  • L'huile partiellement hydrogénée

    Trouvée dans les mélange à gâteaux, le beurre d'arachide, etc., elle est liée aux maladies cardiaques.

  • Le MSG ou Glutamate Additif-Monosodique

    Le MSG se retrouve surtout dans la nourriture de restaurant. Certains y sont allergiques, et on soupçonnebien d'autres réactions...

  • Le nitrate de sodium et le nitrite de sodium

    Le nitrate de sodium et le nitrite de sodium sont des composantes chimiques utilisées dans les viandes et charcuteries (bacon, hot dogs, etc.). Ils causeraient un risque accru de diabète et de cancer du colon.

  • Le benzoate de sodium

    Le benzoate de sodium est un conservateur chimique utilisé pour éviter la prolifération des bactéries dans certains aliments comme la confiture, les tartes aux fruits et les boissons sucrées.

  • Les sulphites

    Les sulphites conservent la couleur d'origine des aliments et prolonge leur durée de vie. On les retrouve dans les conserves de fruits, les frites surgelées et de nombreux aliments à base de soja. Ils sont liés à de grosses réactions allergiques.