NOUVELLES

Menace nucléaire en Corée du Nord : la Chine lance un appel au calme

08/03/2013 07:21 EST | Actualisé 08/05/2013 05:12 EDT

Inquiète de la détérioration du climat dans la péninsule coréenne, la Chine a lancé un appel « au calme et à la retenue », vendredi.

Principal allié de la Corée du Nord, la Chine exhorte les parties à « s'abstenir de toute action susceptible d'aggraver les tensions ».

Cet appel au calme a été lancé alors que le Conseil de sécurité des Nations unies a adopté à l'unanimité jeudi de nouvelles sanctions contre la Corée du Nord, qui menace de mener une attaque nucléaire préventive contre les États-Unis.

En plus d'agiter le spectre d'une guerre « thermonucléaire », Pyongyang a coupé le téléphone rouge et ainsi rompu les accords de non-agression avec la Corée du Sud, vendredi. En outre, elle menace de dénoncer l'accord d'armistice mettant fin à la guerre de Corée en 1953.

Bien que Pékin ne souhaite pas l'effondrement du régime communiste de Kim Jong-un, elle a participé à l'écriture du nouveau texte de sanctions économiques contre la Corée du Nord signé par le Conseil de sécurité.

« J'exhorte la Chine à user de son influence pour convaincre Pyongyang que l'attitude belliqueuse, la rhétorique guerrière, les provocations et les violations du droit international doivent cesser », avait d'ailleurs insisté le ministre allemand des Affaires étrangères.

Hystérie collective

De passage sur une île emblématique des tensions entre les deux Corées, le chef suprême Kim Jong-Un a été accueilli par des femmes et des enfants en pleurs, hurlant de joie et accourant à sa rencontre. Au moment de son départ, des dizaines de personnes se sont même aventurées dans les eaux glaciales de la mer Jaune pour suivre leur dirigeant jusqu'à son bateau.

Ces démonstrations d'hystérie collective, qui ont été diffusées par la télévision d'État, vendredi, ne seraient pas réellement spontanées, selon les détracteurs du régime.

Kim Jong-Un a hérité de la seule dynastie communiste en décembre 2011, à la mort de son père Kim Jong-Il. Il était lui-même le fils de Kim Il-Sung, fondateur de la République populaire démocratique de Corée (RPDC) en 1948.

PLUS:rc