NOUVELLES

Vers un renforcement a minima des lois sur les armes aux Etats-Unis

07/03/2013 02:17 EST | Actualisé 07/05/2013 05:12 EDT

Deux mois et demi après la fusillade de l'école de Newtown, le Congrès s'orientait jeudi vers un renforcement a minima des lois sur les armes, de nombreux républicains s'opposant à des réformes poussées par Barack Obama et les démocrates.

Une mesure plus consensuelle, contre le trafic d'armes, a été adoptée jeudi par la commission de la Justice du Sénat, premier pas avant son examen par l'ensemble de cette chambre.

Mais l'avenir des mesures phares annoncées après le traumatisme de la tuerie du 14 décembre à l'école Sandy Hook dans le Connecticut (nord-est), où le tireur avait tué, avec des armes appartenant à sa mère, 20 enfants et 6 adultes en quelques minutes, avant de se suicider, semblait plus qu'incertain.

L'interdiction nationale des armes d'assaut ou semi-automatiques, de type militaire et similaires à celle utilisée à Newtown, se heurte à l'opposition des républicains et de plusieurs démocrates élus d'Etats ruraux.

La loi proposée par Dianne Feinstein ne serait pas rétroactive et ne forcerait pas les propriétaires actuels à rendre leurs armes semi-automatiques.

Mais jeudi, les républicains ont à nouveau fait part de leur hostilité.

"Cela n'aurait pas arrêté une personne mentalement dérangée de voler une arme que sa mère, selon cette loi, aurait eu le droit de conserver", a critiqué Charles Grassley, un républicain.

Lindsey Graham, du même camp, a mis un point d'honneur à rappeler qu'il possédait lui-même un fusil AR-15. "Je ne ferai rien d'illégal avec, mais c'est une meilleure arme de défense (...) qu'un fusil de chasse à deux coups".

L'autre pierre d'achoppement concerne la vérification des antécédents judiciaires des acheteurs d'armes. Actuellement les ventes dans les foires ou sur internet par des particuliers, qui représentent 40% du total, en sont exemptées, une faille que les démocrates entendent combler.

"Les criminels ne vont pas se soumettre à des vérifications supplémentaires d'identité", a rétorqué Charles Grassley. "Ils passeront outre en volant des armes ou en les achetant sur le marché noir".

La commission a suspendu jeudi ses travaux, jusqu'à nouvel ordre. Les propositions qu'elle adoptera devront ensuite être approuvées par le Sénat puis la Chambre des représentants, contrôlée par les républicains.

ico/lor

PLUS:afp