NOUVELLES

Un ex-agent américain du FBI porté disparu depuis six ans en Iran

07/03/2013 11:49 EST | Actualisé 07/05/2013 05:12 EDT

Robert Levinson, ancien agent américain du FBI, est porté disparu depuis six ans en Iran, a rappelé jeudi la police fédérale, qui a renouvelé son offre d'un million de dollars de récompense pour toute information conduisant à sa localisation.

"Le 8 mars 2007, M. Levinson s'est rendu sur l'île Kish, en Iran, en tant que détective privé. Il n'a pas été vu en public ni personne n'a entendu parler de lui (...) depuis le lendemain, le 9 mars 2007", a précisé le FBI dans un communiqué.

L'ancien agent du FBI, qui a servi 28 ans pour le gouvernement américain, aura 65 ans le 10 mars, a ajouté l'agence de police fédérale.

"Au sixième anniversaire de sa disparition, le FBI reste déterminé à ramener Bob sain et sauf à sa famille", a déclaré son directeur-adjoint Sean Joyce. "Il y a un an, nous avons offert une récompense d'un million de dollars pour toute information conduisant à son retour en bonne santé. Cette récompense n'a pas été réclamée, et j'encourage à nouveau toute personne détentrice de renseignements sur la disparition de Bob à nous contacter".

M. Levinson, retraité du FBI depuis plus de dix ans, a disparu sur l'île iranienne Kish alors qu'il enquêtait sur la contrebande de cigarettes, en tant que détective privé.

Père de sept enfants, M. Levinson souffre de diabète et d'hypertension, ce qui suscite l'inquiétude de sa famille et des autorités qui craignent que les soins qu'il reçoit ne soient pas adaptés.

Le département d'Etat avait fait part en 2011 d'indications selon lesquelles il était en vie et détenu quelque part en "Asie du Sud-Ouest", dans des "régions frontalières d'Afghanistan, d'Iran et du Pakistan".

Les Etats-Unis ont à plusieurs reprises demandé des explications à l'Iran. Mais des responsables iraniens ont répondu n'avoir aucune information sur le sort de M. Levinson.

L'Iran et les Etats-Unis ont rompu leurs relations diplomatiques en avril 1980 et Téhéran est dans le collimateur de Washington notamment pour son programme nucléaire controversé.

chv/rap

PLUS:afp