NOUVELLES

RDC: l'ONU menace de ne plus coopérer avec des soldats soupçonnés de viols

07/03/2013 04:48 EST | Actualisé 07/05/2013 05:12 EDT

La Mission de l'ONU en République démocratique du Congo (Monusco) a menacé de ne plus coopérer avec deux bataillons de l'armée congolaise soupçonnés de viols si les soldats accusés n'étaient pas jugés, a indiqué jeudi un responsable de l'ONU.

Une enquête de l'ONU a permis de recenser au moins 126 femmes qui ont été violées dans l'est de la RDC fin novembre 2012 quand des soldats gouvernementaux ont fui l'avancée des rebelles du M23 près de Goma, dans l'est de la RDC.

"Après enquête, nous avons identifié un certain nombre de cas et nous exigeons des autorités congolaises qu'elles agissent légalement contre ces personnes" membres des forces armées de RDC (FARDC), a déclaré à des journalistes ce responsable, sous couvert de l'anonymat.

Les autorités n'ayant pas fait le nécessaire jusqu'ici, a-t-il ajouté, "nous avons d'ores et déjà prévenu deux unités de l'armée congolaise que si des mesures n'étaient pas prises très vite nous cesserions de les soutenir", a déclaré le responsable, précisant qu'il s'agissait de "deux bataillons". Cette mise en demeure a été lancée début février et expire "dans le courant du mois de mars".

Les viols ont été commises entre le 20 et le 30 novembre 2012 dans la région de Minova, près de Goma, la capitale provinciale du Nord-Kivu. Les rebelles du M23 avaient pris Goma fin novembre après en avoir chassé les FARDC.

avz/mdm

PLUS:afp