NOUVELLES

Moins de réfugiés que promis au Canada en 2012

07/03/2013 11:55 EST | Actualisé 07/05/2013 05:12 EDT

Des groupes de défense des réfugiés accusent les conservateurs de reculer sur un engagement consistant à accroître le nombre de réfugiés installés au Canada.

Les statistiques démontrent que le nombre de réfugiés venus s'installer au Canada en 2012 est en baisse de 26 % comparativement à 2011, même si le gouvernement répète qu'Ottawa tente d'accroître ce nombre de 20 %.

Les données révèlent également que le gouvernement n'a pas atteint sa propre cible quant au nombre de réfugiés qu'il désirait accueillir.

Une partie de ce déclin est attribuable à la fermeture de bureaux d'émission de visas en Syrie, dans la foulée de la guerre civile qui y sévit. Ces bureaux étaient utilisés pour traiter des milliers de demandes provenant de la grande région du Proche-Orient.

Du côté du Conseil canadien pour les réfugiés (CCR), on affirme que la fermeture du bureau de Damas met en évidence les problèmes engendrés par la concentration excessive dans une seule région du programme de réinstallation. Le CCR demande au gouvernement d'adopter une approche plus globale et d'accueillir des réfugiés dans le besoin se trouvant dans toutes les régions du monde.

Se fiant aux données publiées par le Haut-commissariat pour les réfugiés des Nations unies, qui aurait identifié plusieurs réfugiés en besoin « urgent » de réinstallation, le CCR demande au gouvernement de tenir ses engagements et de faire en sorte que son programme de réinstallation soit en mesure de réinstaller les réfugiés plus rapidement, surtout quand il s'agit de besoins pressants de protection.

Les conservateurs ont apporté des changements importants au système de réfugiés au cours des dernières années, réformes qui, affirment-ils, sont des efforts consistant à lutter contre de fausses demandes du statut de réfugié.

Un avis publié sur le site Internet du ministère de la Citoyenneté et de l'Immigration a toutefois révélé des failles au sein d'au moins un élément législatif qui devra être réécrit.


PLUS:rc