NOUVELLES

L'Irak ferme un poste-frontière avec la Syrie et y envoie des renforts

07/03/2013 04:30 EST | Actualisé 06/05/2013 05:12 EDT

Le gouvernement irakien a fermé l'un de ses points de passage avec la Syrie et envoyé des renforts dans la zone après la mort d'un soldat irakien tué par des tirs venus de Syrie, a-t-on appris auprès du ministère de la Défense jeudi.

Le poste-frontière de Yaaroubiyeh, qui relie l'est de la Syrie et la province irakienne de Ninive (nord), est désormais fermé, a déclaré le porte-parole du ministère Mohammed al-Askari à l'AFP. "Des renforts ont été envoyés après (...) que des combats se sont produits à proximité".

Samedi, des combattants rebelles et l'armée syrienne s'étaient violemment affrontés côté syrien, à environ 600 mètres de la frontière irakienne. Des tirs avaient atteint le territoire irakien et tué un soldat.

Deux jours plus tard, 48 soldats de l'armée syrienne avaient trouvé la mort lors d'une embuscade dans la province irakienne d'Al-Anbar (ouest). Les victimes avaient franchi la frontière à Yaaroubiyeh, fuyant les violents combats. Neuf soldats irakiens avaient également péri.

Les militaires syriens avaient été transférés par les autorités irakiennes de la province de Ninive vers Bagdad et retournaient vers la frontière quand l'attaque a eu lieu.

Dans la foulée, le Premier ministre irakien Nouri al-Maliki avait assuré que Bagdad allait résister aux tentatives de propager la crise syrienne en Irak.

Bagdad s'est toujours refusé à appeler au départ du président syrien Bachar al-Assad, qui fait face depuis près de deux ans à un soulèvement devenu rébellion armée, se contentant d'appeler à la fin des violences.

str-gde/tp

PLUS:afp