NOUVELLES

L'ancien premier ministre italien Berlusconi est condamné à un an de prison

07/03/2013 07:11 EST | Actualisé 07/05/2013 05:12 EDT

MILAN - L'ancien premier ministre italien Silvio Berlusconi a été reconnu coupable jeudi, par un tribunal de Milan, de manquement à l'obligation de confidentialité et condamné à un an de prison.

Cette condamnation découle de la publication illégale de transcriptions d'écoutes électroniques par un quotidien appartenant à son empire médiatique.

Il est toutefois peu probable que M. Berlusconi se retrouve derrière les barreaux, puisque la décision sera vraisemblablement portée en appel.

Le frère de M. Berlusconi, Paolo, a de son côté été trouvé coupable du même crime et condamné à deux ans et trois mois d'emprisonnement. Paolo Berlusconi est l'éditeur du quotidien milanais Il Giornale, qui avait publié les transcriptions.

Ce verdict n'a aucun impact sur l'admissibilité de M. Berlusconi à faire partie d'un nouveau gouvernement.

Sa coalition de centre-droite a pris la troisième place lors des récentes élections parlementaires qui n'ont pas fait de vainqueur décisif. Les négociations portant sur la formation d'un nouveau gouvernement devraient débuter le 20 mars.

Les accusations contre M. Berlusconi découlaient de la publication, en 2005, d'une conversation téléphonique enregistrée dans le cadre d'une enquête sur une tentative avortée de prise de contrôle d'une banque.

La banque centrale italienne était intervenue pour empêcher l'entreprise de services financiers Unipol de mettre la main sur la Banca Nazionale del Lavoro, ce qui avait ensuite entraîné la démission du gouverneur de la Banque d'Italie, Antonio Fazio.

Des transcriptions d'écoutes électroniques sont fréquemment publiées dans la presse italienne, en dépit des risques de poursuite.

PLUS:pc