NOUVELLES

Femmes dans les emplois en gestion: données encourageantes pour les plus jeunes

07/03/2013 11:15 EST | Actualisé 07/05/2013 05:12 EDT

MONTRÉAL - Au cours des 25 dernières années, les Québécoises ont rattrapé les Canadiennes en terme d'accès à des postes de gestion. Et bien qu'elles soient encore sous-représentées dans ces postes, en général, la situation est différente pour les plus jeunes femmes.

Une étude réalisée par l'Institut de la statistique du Québec (ISQ), basée sur les années 1987 à 2012, révèle ce phénomène moins connu de la présence accrue des jeunes femmes dans des postes de gestion.

De façon générale, la proportion des emplois de gestion occupés par des Québécoises est passée de 25,3 à 36 pour cent entre 1987 et 2012, indique l'auteure Maude Boulet, analyste en statistiques du travail à l'ISQ.

Cette hausse a permis aux Québécoises de rattraper leur retard face aux Canadiennes.

Toutefois, les femmes demeurent encore sous-représentées dans les emplois de gestion. Ainsi, en 2012, au Québec, elles représentaient 47,7 pour cent de l'emploi total et 36 pour cent des postes de gestion, soit un écart d'environ 12 points de pourcentage.

Mais la situation est différente pour les femmes plus jeunes, celles qui sont dans la catégorie des 15 à 34 ans.

«C'est ce que l'étude apporte de nouveau par rapport à ce qui a été fait précédemment: les jeunes femmes ont une meilleure représentativité dans les emplois de gestion que les femmes plus âgées», a souligné Mme Boulet, en entrevue, en cette veille du 8 mars, Journée internationale des femmes.

Plus précisément, la part des femmes dans l'emploi total au sein de ce groupe d'âge était de 49, 1 pour cent en 2012. Or, celles-ci occupaient alors 46,5 pour cent des emplois de gestion chez les 15 à 34 ans.

«L'écart entre le poids qu'elles occupent dans l'emploi est de 2,6 pour cent par rapport au poids qu'elles occupent dans les emplois de gestion. Il n'y a pas un très grand écart», souligne l'analyste en statistiques du travail.

«L'idée que les jeunes femmes du Québec d'aujourd'hui affichent une représentation relativement équitable dans les emplois de gestion paraît encourageante dans la mesure où on peut supposer qu'elles continueront à occuper ce type d'emploi dans le futur. Cela laisse présager une réduction des écarts hommes-femmes chez les travailleurs plus âgés au fil du temps», écrit-elle dans son étude, intitulée «L'accès limité des femmes aux emplois de gestion: un plafond de verre?»

Interrogée sur les causes de cet accès plus difficile des femmes à des postes de gestion, en général, Mme Boulet n'a pu se prononcer personnellement. Mais d'autres auteurs ont déjà cité, parmi ces facteurs, l'influence des obligations familiales.

PLUS:pc