NOUVELLES

Un ombudsman russe donne un coup de main aux rockeuses de Pussy Riot

06/03/2013 01:57 EST | Actualisé 06/05/2013 05:12 EDT

MOSCOU - Le plus haut tribunal de Moscou étudie une demande d'autorisation d'appel déposée par un représentant des trois musiciennes de Pussy Riot, qui cherchent à faire annuler leur condamnation pour «hooliganisme».

Pavel Chikov, chef d'un regroupement d'aide juridique qui représente les membres de la formation punk, a affirmé mercredi que le Présidium de la cour de Moscou avait demandé d'obtenir les documents portant sur cette condamnation.

Nadejda Tolokonnikova, 23 ans, Maria Alejina, 24 ans, et Ekaterina Samoutsevich, 29 ans, ont été reconnues coupables en août de «hooliganisme motivé par la haine de la religion» à la suite de la «prière» anti-Poutine qu'elles avaient chantée dans une cathédrale de Moscou.

L'ombusdman russe en matière de défense des droits humains, Vladimir Loukine, a déposé un affidavit afin de soutenir la requête d'annulation de la condamnation.

Les affidavits signés par M. Loukine jouissent d'un statut juridique particulier et ont déjà contribué à la libération de certains détenus dans un pays où 99 pour cent des procès mènent à des condamnations.

Ekaterina Samoutsevich, Maria Alejina et Nadejda Tolokonnikova ont écopé d'une peine de deux ans pour leurs actions. Ekaterina Samoutsevich a par la suite été libérée sur appel, mais sa condamnation n'a pas été annulée.

PLUS:pc