NOUVELLES

Un ministre britannique évoque à Amman le cas de l'islamiste Abou Qatada

06/03/2013 09:38 EST | Actualisé 06/05/2013 05:12 EDT

Le secrétaire d'Etat britannique chargé de la Sécurité, James Brokenshire, a discuté mercredi à Amman avec le Premier ministre sortant Abdallah Nsour du cas de l'islamiste Abou Qatada, que Londres tente d'extrader depuis dix ans vers la Jordanie.

Selon l'agence officielle Petra, M. Nsour a réaffirmé à son interlocuteur que son pays avait "fourni les garanties nécessaires pour assurer à Qatada un procès équitable s'il était extradé en Jordanie".

Le gouvernement britannique tente depuis une décennie d'extrader Abou Qatada vers la Jordanie, où il doit être rejugé pour la préparation d'attentats.

Jordanien d'origine palestinienne, ce prédicateur radical a été libéré sous conditions le 13 novembre, après l'acceptation de son recours contre son extradition vers la Jordanie. Le justice britannique avait alors estimé que des témoignages obtenus sous la torture pourraient être utilisés lors de son procès en Jordanie, empêchant un jugement équitable.

Décrit par Londres comme un "individu dangereux" et un temps considéré comme un relais d'Al-Qaïda en Europe, Abou Qatada, connu pour ses virulents prêches anti-occidentaux, est arrivé au Royaume-Uni en 1993 et a passé l'essentiel de la dernière décennie derrière les barreaux sans être inculpé.

La Jordanie veut le rejuger dans deux affaires liées à la préparation présumée d'attentats, qui lui ont valu d'être condamné par contumace dans ce pays à la perpétuité assortie de travaux forcés en 1998, et à 15 ans de prison en 2000.

En décembre, le roi de Jordanie Abdallah II avait évoqué à Londres cette affaire avec le Premier ministre britannique David Cameron.

kt/tp/cco

PLUS:afp