NOUVELLES

Ski-cross: La famille de Zoricic veut une autre enquête sur sa mort

06/03/2013 04:47 EST | Actualisé 06/05/2013 05:12 EDT

La famille du skieur canadien Nick Zoricic, mort il y a un an lors de la Coupe du monde de skicross en Suisse, a dénoncé mercredi les résultats "inacceptables et insultants" de l'enquête suisse sur cet accident, et critiqué aussi la réaction "insuffisante" du Canada.

L'avocat représentant la famille de Zoricic, Tim Danson, a indiqué que celle-ci envisageait de porter plainte, si elle n'obtient pas de réponse satisfaisante d'ici au mois de juin, mais n'a pas précisé l'objectif d'une telle démarche.

Zoricic "a représenté le Canada avec orgueil, honneur et distinction. Les athlètes canadiens doivent savoir qu'en retour le Canada leur offre son soutien", a dit le juriste lors d'une conférence de presse à Toronto, demandant que les autorités canadiennes s'impliquent dans l'enquête.

Nick Zoricic, 29 ans, est décédé le 10 mars 2012 après avoir quitté la piste à la sortie d'un saut puis heurté les filets de sécurité.

L'opinion finale de la justice suisse sur l'accident n'a pas encore été rendue et la famille de la victime semble avoir réagi à un document préliminaire de la police suisse.

Selon la chaîne publique canadienne CBC qui a transmis des extraits de la conférence de presse, l'enquête suisse avait conclu à un "tragique accident de sport", repoussant la thèse selon laquelle l'organisation de la course disputée à Grindelwald aurait pu en être la cause.

La CBC a diffusé une vidéo tournée par un skieur lors d'un entraînement sur cette piste, montrant plusieurs concurrents ayant beaucoup de mal à ne pas en sortir, l'un d'entre eux évitant de peu un poteau à droite de l'arrivée.

Me Danson a interpellé aussi les différentes institutions sportives canadiennes, Alpine Canada et Sport Canada notamment, la Fédération internationale de ski (FIS) et même le Premier ministre Stephen Harper, demandant qu'ils réagissent encore à la mort "absurde" du jeune skieur.

Alpine Canada, l'organisme national gérant le ski alpin, le ski para-alpin et le ski cross de compétition, s'est dit "déçu" mercredi soir que le rapport final de la police suisse n'ait toujours pas été publié, affirmant l'attendre pour se prononcer sur la demande d'ouverture d'une enquête indépendante.

Dans un communiqué, son président Max Gartner a apporté son soutien à la famille Zoricic dans ses efforts pour "sensibiliser les gens aux questions de sécurité dans le sport" et promouvoir, via la Fondation Nik Zoricic, des "initiatives de prévention et d'éducation".

via/gv

PLUS:afp