NOUVELLES

Représentations sur la sentence dans l'affaire de l'ancien adjudant Ravensdale

06/03/2013 06:10 EST | Actualisé 06/05/2013 05:12 EDT

SHILO, Man. - Un soldat canadien à la retraite a déclaré être rongé par les «regrets et les remords» en raison d'un accident d'entraînement survenu en 2010 en Afghanistan, lors duquel est mort un soldat.

L'ancien adjudant de l'armée canadienne Paul Ravensdale s'est excusé, mardi, en cour martiale, au Manitoba, à son audience sur la détermination de la peine. Il a indiqué se sentir mal pour ce qui s'est passé, ajoutant avoir lui aussi souffert.

M.Ravensdale a avoué prendre des médicaments antidépresseurs et avoir été diagnostiqué avec un trouble de stress post-traumatique.

Paul Ravensdale ne sais toujours pas s'il ira en prison après avoir été reconnu coupable de quatre chefs d'accusation, dont des accusations de manquement à ses obligations et de négligence dans l'exercice de ses fonctions militaires.

Mercredi, la Couronne et la défense doivent faire leur représentation sur la peine.

L'adjudant Ravensdale menait un test de mines antipersonnel, en février 2010, lorsque l'un des engins explosifs a mal fonctionné et a projeté des centaines de billes d'aciers dans la mauvaise direction. Les projectiles ont tué le caporal Joseph Baker, qui avait 24 ans, et blessé quatre autres soldats.

La poursuite a plaidé que Paul Ravensdale avait ignoré les règles de sécurité et permis à des soldats de se tenir trop près de la mine, mais la défense a soutenu que l'accusé ne faisait que suivre des plans approuvés par ses supérieurs.

Le major Darryl Watts, un réserviste des Forces armées canadiennes, a quant à lui évité la prison pour le rôle qu'il a joué dans cet accident. Il a cependant été rétrogradé au rang de lieutenant et a écopé d'un blâme.

PLUS:pc