NOUVELLES

L'ancien cycliste néerlandais Michael Boogerd avoue s'être dopé

06/03/2013 11:53 EST | Actualisé 06/05/2013 05:12 EDT

LA HAYE, Pays-Bas - L'ancien cycliste professionnel néerlandais Michael Boogerd, un spécialiste des classiques printanières qui a autrefois devancé Lance Armstrong pour remporter l'Amstel Gold Race, a avoué avoir eu recourt au dopage pendant une décennie pendant sa carrière.

«J'ai utilisé l'EPO, la cortisone et dans la dernière période de ma carrière, j'ai reçu des transfusions sanguines», a précisé Boogerd au diffuseur national NOS.

Il a ajouté qu'il s'était dopé de 1997 à 2007, période qui couvre presque toute sa carrière professionnelle.

«Je suis désolé d'avoir contribué à entretenir la culture du dopage, a-t-il poursuivi. Je suis désolé de n'avoir jamais levé la main et déclaré publiquement: 'cela ne peut pas continuer. Ce n'est pas bon.'»

Il a admis s'être rendu dans un laboratoire autrichien, Humanplasma, pour les transfusions.

«Je me suis rendu en avion à Vienne pour recevoir des transfusions sanguines, a-t-il dit. Je stockais mon propre sang pour une utilisation ultérieure.»

Boogerd n'a pas identifié tous ceux qui l'ont aidé à se doper.

«Je ne nomme personne, a-t-il dit. C'était ma responsabilité, mon choix.»

Cet aveu est survenu après plusieurs rapports liant l'ancien coureur de Rabobank à des pratiques de dopage.

Boogerd, qui s'est retiré en 2007, compte deux victoires d'étape au Tour de France et il a remporté la classique Amstel Gold en 1999, où il a devancé de peu Armstrong.

PLUS:pc