NOUVELLES

Hugo Chavez est pleuré mais certains espèrent du changement

06/03/2013 08:30 EST | Actualisé 06/05/2013 05:12 EDT

LA HAVANE, Cuba - Certains ont pleuré la mort du président vénézuélien Hugo Chavez, d'autres l'ont applaudie.

L'Amérique latine a été plongée dans un deuil profond, l'Europe et l'Asie ont offert leurs condoléances et le président iranien a prédit que M. Chavez réalisera de grande chose dans l'au-delà.

M. Chavez, qui est mort mardi, était perçu par certains comme un héros en raison de ses politiques socialistes, de ses positions anti-américaines et de ses dons de pétrole à rabais. D'autres voyaient en lui un voyou qui n'hésitait pas à intimider ses adversaires.

Les yeux dans l'eau, le président bolivien Evo Morales, qui comptait parmi les plus proches alliés et les disciples les plus loyaux de M. Chavez, a déclaré qu'il est «plus vivant que jamais».

«Chavez continuera à inspirer tous les peuples qui luttent pour leur libération, a lancé M. Morales mardi lors d'un discours à la télévision. Chavez sera toujours présent dans toutes les régions du monde et dans tous les secteurs sociaux. Hugo Chavez sera toujours avec nous, à nous accompagner.»

Le président chinois Hu Jintao, qui doit quitter son poste ce mois-ci, et son successeur Xi Jinping ont offert leur condoléances au vice-président Nicolas Maduro, qui assume la présidence intérimaire en attendant les prochaines élections. La Chine avait développé des relations étroites avec Hugo Chavez, notamment en ce qui concerne le pétrole.

Le président russe Vladimir Poutine a estimé que M. Chavez était «un homme extraordinaire et fort, qui regardait vers l'avenir et visait toujours plus haut».

À Cuba, le gouvernement du président Raul Castro a déclaré deux jours de deuil national et ordonné que les drapeaux soient mis en berne.

«C'est avec une peine profonde que notre peuple et notre gouvernement révolutionnaire ont appris le décès du président Hugo Rafael Chavez Frias, indiquait un communiqué lu en ondes à la télévision en fin de soirée. Le peuple cubain voit en lui un de ses fils les plus incroyables.»

Pour sa part, le président iranien Mahmoud Ahmadinejad a annoncé une journée de deuil national et comparé Chavez à un saint, prédisant qu'il «reviendra au jour de la résurrection».

Le président français François Hollande a salué la détermination de M. Chavez à lutter pour la justice et le développement, tout en admettant que tous ne partageaient pas ses positions politiques. L'Allemagne a invité le Venezuela à choisir le sentier de la démocratie et de la liberté, pendant que le Royaume-Uni reconnaissait l'impact indélébile laissé par M. Chavez.

Trois jours de deuil national ont été annoncés en Argentine. La présidente Cristina Fernandez et son homologue paraguayen Jose Mujica doivent se rendre au Venezuela vendredi pour les funérailles de M. Chavez. Sa disparition a aussi été soulignée au Nicaragua et en Équateur où le président Rafael Correas, lui aussi un allié de M. Chavez, a déploré la perte d'un «grand révolutionnaire».

PLUS:pc