NOUVELLES

Égypte: un haut responsable du régime Moubarak condamné à 37 ans de prison

06/03/2013 01:18 EST | Actualisé 06/05/2013 05:12 EDT

LE CAIRE, Égypte - Un tribunal égyptien a condamné mercredi un magnat de l'acier de l'ère Moubarak à 37 ans de prison et à une amende de 296 millions $ US pour dilapidation de fonds publics et enrichissement personnel.

Il s'agit de la peine la plus sévère imposée jusqu'à maintenant à un responsable de l'ancien régime depuis le renversement du président Hosni Moubarak, il y a deux ans. Ahmed Ezz purge déjà une peine de 17 ans de prison pour corruption et blanchiment d'argent.

Un tribunal de Gizeh, près du Caire, a reconnu M. Ezz coupable d'avoir fait des gains illicites de 740 millions $ US sur une décennie dans une série d'accords commerciaux illégaux impliquant une entreprise d'acier dont il est devenu le plus important actionnaire et une autre firme privée lui appartenant.

Le tribunal a jugé qu'entre 1999 et 2011, Ahmed Ezz avait été aidé par un ancien ministre de l'Industrie, Ibrahim Mohammadein, qui a été condamné à un an de prison avec sursis et à une amende de près de 100 millions $ US.

Un responsable d'une chambre de commerce a également été condamné à 17 ans de prison pour avoir aidé M. Ezz à dilapider les fonds publics. Deux autres responsables d'entreprises ont été condamnés à un an et trois ans de prison respectivement.

Les condamnations peuvent faire l'objet d'un appel.

Ahmed Ezz, qui a été arrêté quelques jours après la chute du régime Moubarak, était un proche associé du fils de l'ancien président, Gamal, considéré comme l'héritier politique de son père.

Le magnat de l'acier était devenu un symbole des liens étroits entre le monde des affaires et la politique, que de nombreux Égyptiens honissaient et qui ont contribué au soulèvement populaire.

PLUS:pc