NOUVELLES

Des manifestants affrontent les policiers dans la capitale du Bangladesh

06/03/2013 02:20 EST | Actualisé 06/05/2013 05:12 EDT

DACCA, Bangladesh - La police a tiré des gaz lacrymogènes et des balles en caoutchouc, mercredi, pour disperser une manifestation antigouvernementale dans la capitale du Bangladesh, blessant un nombre indéterminé de personnes, ont déclaré des témoins et des médias locaux.

La manifestation avait été organisée par le principal parti de l'opposition, le Parti nationaliste du Bangladesh, pour dénoncer la violence de la police durant une série de grèves nationales organisées depuis une semaine. Des membres de Jamaat-e-Islami, le principal parti islamiste du pays, ont aussi participé au rassemblement.

Les grèves ont été déclenchées après qu'un tribunal spécial eut condamné un haut dirigeant de Jamaat-e-Islami à la peine de mort pour les atrocités alléguées commises durant la guerre d'indépendance de 1971.

Depuis la condamnation de Delwar Hossain Sayedee, jeudi, au moins 61 personnes ont été tuées, principalement dans des affrontements entre la police et des membres de Jamaat-e-Islami à travers le pays.

Un manifestant, Jahangir Alam, a déclaré que de nombreuses personnes avaient été blessées mercredi.

Un autre manifestant, Sarwar Hossain, a expliqué que le chaos avait commencé quand des centaines de personnes ont tenté de se joindre au rassemblement devant les bureaux du principal parti de l'opposition. Selon M. Hossain, les manifestants ont affronté les policiers, qui ont tiré des balles en caoutchouc et des gaz lacrymogènes.

Le «Daily Star» a déclaré que plusieurs bombes artisanales avaient été lancées sur les policiers.

Le Parti nationaliste du Bangladesh a annoncé une autre grève générale d'une journée jeudi pour dénoncer les actions menées par la police mercredi.

PLUS:pc