NOUVELLES

Conservation du territoire: les écologistes demandent à Québec de bouger

06/03/2013 12:23 EST | Actualisé 06/05/2013 05:12 EDT

QUÉBEC - Un front d'organismes écologiques demande au Québec de bouger rapidement s'il veut atteindre ses objectifs de conservation du territoire d'ici à 2020, notamment dans le Nord.

Nature Québec, l'Initiative boréale canadienne ainsi que la Société pour la nature et les parcs du Canada ont fait parvenir récemment une lettre commune au ministre de l'Environnement, Yves-François Blanchet.

Selon ce qu'a obtenu La Presse Canadienne, ils demandent la mise sur pied d'un groupe de travail dans les plus brefs délais, pour que d'ici à 2020, 20 pour cent de l'ensemble du territoire du Québec soit protégé, ainsi que la moitié du territoire du Nord, conformément aux objectifs fixés par le gouvernement libéral précédent.

Le Parti québécois n'a pas remis en cause ces objectifs. Toutefois, selon la présidente de l'Initiative boréale canadienne, Suzanne Méthot, il faut «se grouiller», si on veut y arriver à temps.

«Je pense que les choses doivent s'accélérer», car l'ampleur de la tâche est immense, a-t-elle convenu, dans une entrevue téléphonique à La Presse Canadienne mercredi.

Il y a des «urgences» à régler, a-t-elle dit, notamment en ce qui concerne la protection de certaines espèces, dont le caribou forestier, ainsi que les dernières rivières encore intouchées par les barrages.

Mme Méthot a rappelé que des groupes de travail similaires pour la protection du territoire ont été créés aussi au Labrador et en Ontario, où les travaux ont donné des résultats en moins d'un an.

Le groupe de travail permettrait entre autres de planifier la protection du territoire du Plan Nord et d'élaborer un plan de protection pour l'ensemble du Québec.

Dans des discussions «informelles», Mme Méthot a reçu des «échos positifs» de M. Blanchet. Il a reconnu «l'apport positif des organismes comme les nôtres», a-t-elle rapporté.

«On peut croire que, dans les prochaines semaines, cela se concrétisera. Quelle forme cela va prendre? Cela reste à définir.»

Elle a bon espoir d'y arriver «assez rapidement».

La porte-parole du ministre de l'Environnement n'a pas donné suite à des demandes de renseignements.

PLUS:pc