NOUVELLES

C1 - Paris SG-Valence: Lavezzi reçu cinq sur cinq

06/03/2013 04:53 EST | Actualisé 06/05/2013 05:12 EDT

Le petit attaquant Ezequiel Lavezzi a grandement soulagé un Paris SG mal embarqué mercredi en 8e de finale retour de la Ligue des champions contre Valence en égalisant (1-1) pour inscrire au passage son 5e but en sept matches dans l'épreuve.

Avec désormais 11 buts et cinq passes en 32 matches toutes compétitions confondues, sa saison est en train de prendre une allure nettement plus conforme aux espérances qui l'accompagnaient cet été à son arrivée en provenance de Naples.

En Ligue des champions, il est même plus que jamais le meilleur buteur du PSG, loin devant Ibrahimovic et ses deux buts.

Comme à l'aller, l'Argentin aux 21 sélections a donc trouvé l'ouverture et facilité la tâche de son équipe.

Au Parc des Princes, en l'absence d'Ibrahimovic suspendu, Lavezzi a une nouvelle fois été le joueur le plus dangereux par la multiplications de ses courses et sa capacité à trouver la profondeur quand son partenaire d'un soir en attaque, le Brésilien Lucas, malgré sa technique bien plus fine, s'enfermait le plus souvent dans la facilité.

Mercredi, dans un Parc conquis, il a également bien combiné avec son compatriote Pastore, les deux hommes s'entendant à merveille pour s'échanger le ballon des des petits périmètres.

L'ex-idole du Napoli a finalement trouvé l'ouverture en profitant de l'excellent travail de l'entrant Gameiro. Lavezzi ne s'est pas gêné pour finir le travail de près après avoir buté une première fois sur Guaita (66).

Un but qui tombait à pic pour le PSG qui, vainqueur (2-1) à l'aller en Espagne, était tombé dans un faux rythme et s'était fait piéger 11 minutes plus tôt par une frappe soudaine et précise de Jonas.

Mais quel dommage que le tatoué de Villa Gobernador Gálvez ait, tout à sa joie brutale, enlevé son maillot ce qui lui valait immédiatement un avertissement.

Quelle riche idée a en tout cas eu celui qui est surnommé "El Pocho" en référence à son chien, de se débloquer le 21 novembre à Kiev en inscrivant ses deux premiers buts sous ses nouvelles couleurs après un début de saison hésitant, marqué par une exclusion à Ajaccio en août, un goût prononcé pour les fêtes nocturnes qui commençait à faire jaser et une blessure musculaire ensuite qui l'a écarté plusieurs matches.

Depuis ce déclic, le petit taureau enragé, régulièrement impliqué dans des faits divers en Italie en raison de son tempérament prononcé mais jamais avare d'efforts, en est en effet à 11 buts, dont celui contre Porto qui a permis au PSG de finir 1er du groupe A.

En sélection, Lavezzi est même devenu l'option N.1 d'Alejandro Sabella aux côtés de Messi et l'ex-sélectionneur et idole de tout un peuple Diego Maradona l'avait adoubé, se reconnaissant dans ce garçon élevé à la dure dans le "barrio". Ce n'est sûrement pas pour rien.

cd/mam

PLUS:afp