NOUVELLES

20 observateurs de l'ONU capturés par des combattants syriens

06/03/2013 01:31 EST | Actualisé 06/05/2013 05:12 EDT

Des combattants syriens ont capturé mercredi une vingtaine d'observateurs de l'ONU sur le plateau du Golan entre la Syrie et Israël, a indiqué un porte-parole des Nations unies.

Selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), il s'agit de Casques bleus philippins.

"Plus tôt aujourd'hui (mercredi), environ 30 combattants armés ont arrêté et capturé près de 20 observateurs" de l'ONU sur le plateau du Golan, a déclaré Eduardo del Buey.

Les observateurs menaient une "mission ordinaire d'approvisionnement" et ont été capturés "près du poste d'observation 58", a expliqué le porte-parole de l'ONU. Ce poste de la Force chargée de l'observation du désengagement sur le Golan (FNUOD) a été évacué la semaine dernière à la suite de violents combats qui se déroulaient à proximité, à Jamla, a-t-il ajouté.

La FNUOD "a envoyé sur place une équipe pour évaluer la situation et tenter de (la) résoudre".

Le porte-parole a rappelé les risques que la crise en Syrie fait peser sur les pays voisins, notamment sur le Golan, où l'armée syrienne et des opposants armés ont à de nombreuses reprises procédé à des incursions et à des tirs dans la zone patrouillée par la Force.

L'OSDH a rendu publiques deux vidéos amateurs où les insurgés précisent leurs revendications.

Les Casques bleus "ne seront pas libérés tant que les troupes loyales au (président Bachar al-)Assad ne se retireront pas des abords de Jamla, à la frontière avec Israël", affirme un homme portant un bonnet noir et disant s'appeler Abou Kaïd al Faleh, de la "brigade des martyrs de Yarmouk", une vallée près de Deraa, dans le sud de la Syrie.

"Nous demandons (aux forces loyalistes) de regagner leurs bases, sinon ces hommes (les observateurs de l'ONU) seront traités comme des prisonniers de guerre", ajoute-t-il.

Dans une seconde vidéo, le même rebelle affirme que la FNUOD travaille avec l'armée syrienne pour écraser l'insurrection contre le régime syrien.

La FUNOD "veut aider le régime à entrer à Jamla et à l'occuper, car ce sont des collaborateurs d'Israël. Le régime syrien, l'ONU et les pays européens sont tous des collaborateurs d'Israël. Il veulent que l'Armée syrienne libre (ASL) quitte la région, mais nous résisterons à Jamla", martèle-t-il.

La FNUOD, déployée depuis 1974, compte 1.100 soldats et personnels originaires d'Autriche, de Croatie, d'Inde, du Japon et des Philippines.

Israël occupe depuis 1967 quelque 1.200 km2 du plateau du Golan qu'il a annexés en 1981, une décision que n'a jamais reconnue la communauté internationale. Environ 510 km2 du Golan restent sous contrôle syrien.

Fin février, l'ONU avait annoncé qu'un personnel des Nations unies membre de la FNUOD était porté disparu, sans préciser sa nationalité.

avz/sam/sk/cco

PLUS:afp