NOUVELLES

Yémen: la justice lève le gel des avoirs de deux proches de l'ex-président

05/03/2013 04:51 EST | Actualisé 04/05/2013 05:12 EDT

Un tribunal a levé mardi le gel des avoirs de deux ex-responsables des services de sécurité yéménites, proches de l'ex-président Ali Abdallah Saleh, décidé en raison de leur refus de se présenter à un procès concernant un attentat meurtrier, selon une source judiciaire.

L'ancien commandant de la sécurité centrale, le général Abdallah al-Taïeb, s'est présenté mardi devant le tribunal spécialisé dans les affaires terroristes, où l'ex-chef de ce corps de police, le général Yahia Mohamed Saleh, un neveu de l'ex-président, s'est fait représenter par trois avocats, a-t-on ajouté de même source.

En conséquence, le juge Hilal al-Mahfel a levé le gel des avoirs et l'interdiction de quitter le territoire qu'il avait décidés fin février à l'encontre des deux hommes pour avoir ignoré une convocation de justice.

Les deux hommes étaient appelés à la barre dans le cadre du procès des suspects de l'attentat suicide ayant tué 86 soldats lors d'une répétition pour une parade militaire en mai à Sanaa.

Selon la même source, ils ont expliqué mardi qu'ils n'étaient pas "responsables de la sécurité" de cette répétition dont le déroulement avait, selon eux, changé de lieu à la demande d'une commission où sont représentés les services de renseignement et les ministères de l'Intérieur et de la Défense.

M. Taïeb avait été limogé le jour même de l'attentat survenu le 21 mai 2012 et revendiqué ensuite par Al-Qaïda, alors que M. Saleh avait été démis de ses fonctions en décembre.

Le procès s'était ouvert le 14 janvier avec la comparution de neuf Yéménites, accusés de complicité dans l'attentat.

En vertu d'un accord de transition, M. Saleh, qui a quitté le pouvoir en février 2012 sous la pression de la rue, a obtenu l'immunité pour lui-même et pour ses proches, à l'exception des affaires de terrorisme.

mou/tm/cnp

PLUS:afp