NOUVELLES

Vito Rizzuto aurait arbitré un différend entre deux promoteurs immobiliers

05/03/2013 03:19 EST | Actualisé 04/05/2013 05:12 EDT
Agence QMI

En 2003, Vito Rizzuto a servi d'arbitre dans un conflit entre deux promoteurs immobiliers, dans un contexte de spéculation autour d'un terrain situé dans l'arrondissement de Notre-Dame-de-Grâce, à Montréal. Ce conflit aurait duré jusqu'en 2009.

À l'automne 2003, l'homme d'affaires Lee Lalli, qui a des liens avec des membres de la mafia, met la main sur des terrains autour du vieil Orphelinat catholique dans Notre-Dame-de-Grâce. Dans les années qui suivent, la valeur des terrains connaît une croissance exponentielle grâce à trois changements de zonage autorisés par l'arrondissement, dirigé à l'époque par Michael Applebaum, l'actuel maire de Montréal.

Acheté à 50 000 $, un de ces terrains, situé au coin du boulevard Décarie et du chemin de la Côte-Saint-Luc, est revendu à 4,5 millions de dollars en 2007. Aujourd'hui, Lee Lalli affirme que bien avant l'achat, Michael Applebaum lui avait dit qu'il voulait y construire un hôtel de ville en partenariat public-privé.

Le promoteur a-t-il bénéficié d'informations privilégiées?

« J'ai donné jamais aucune information privilégiée à aucune personne sur qu'est-ce que la ville va faire », dit aujourd'hui M. Applebaum. Le projet d'hôtel de ville ne verra jamais le jour, et une résidence pour personnes âgées de 12 étages sera finalement construite sur le terrain.

Lee Lalli est un fervent partisan d'Union Montréal. Il a, entre autres, organisé en 2003 une soirée de financement réunissant des hommes d'affaires au restaurant de la mafia La Cantina, où étaient présents M. Applebaum et l'ex-maire Gérald Tremblay.

Cette soirée s'est déroulée à la même époque que la vente des terrains de l'orphelinat.

Le différend Magi-Lalli

Mais Lee Lalli n'était pas le seul à vouloir mettre la main sur les terrains en question. Tony Magi, un proche de la mafia, avait déjà fait une proposition pour les acquérir. Un conflit a éclaté entre les deux hommes. Au point où ils ont été convoqués à La Cantina par le parrain, Vito Rizzuto, jouant le rôle d'arbitre. Magi aurait voulu s'associer avec Lalli pour acheter le terrain, mais Lalli refusait.

Comme Tony Magi, Lee Lalli admet avoir lui aussi entretenu des liens avec Vito Rizzuto, à qui il rendait parfois service.

« Il m'a demandé d'autres fois de le rencontrer à La Cantina. C'était parce que des gens devaient de l'argent à d'autres personnes. Il essaie toujours de régler les choses à l'amiable. De façon courtoise. La violence était toujours le dernier recours », raconte Lee Lalli.

Six ans après la transaction sur les terrains de l'orphelinat, Lee Lalli a été victime d'une violente agression commise par des hommes de main de Tony Magi. Il n'a pas porté plainte à la police.

Aujourd'hui, Michael Applebaum se défend de connaître les liens entre Lalli et la mafia. Malgré ses dénégations, le maire est bel et bien visé par une enquête de l'Unité permanente anticorruption (UPAC) concernant cette histoire de zonage, confirment les sources de Radio-Canada.

La commission Charbonneau s'intéresse au dossier, a aussi appris Radio-Canada.

D'après un reportage d'Alain Gravel